Le film “After – chapitre 1” tiré de la série de roman du même nom est décevant au plus haut point!

Même si les livres sont destinés aux adolescentes, j’en suis particulièrement fan, je les ai dévorés,  ils sont très bien écrit, même si le livre est clairement érotique tout ne tourne pas autour du cul et la psychologie des personnages est assez recherchées en opposition avec le “phénomène mondial” 50 Shades of Grey que j’ai trouvé très très mal écrit (c’est mon humble avis).

J’étais impatiente de découvrir le film, même si j’étais consciente qu’ils allaient édulcorer l’histoire, sinon le film serait classé X. J’espérais, naïvement peut-être, qu’ils respecteraient quand même l’histoire ! Hier soir, j’ai eu la malchance de découvrir une comédie romantique pour ados sans saveur, la seule chose qu’ils ont respecté ce sont les vêtements d’Hardin et la beauté du personnage de Tessa…. Bravo les gars !

Tout a été mélangé, certains personnages ont totalement disparu, la chronologie de l’histoire n’a pas été respectée, l’histoire d’amour, le jeu entre les deux personnages principaux, l’attraction qu’ils ont l’un pour l’autre malgré leur différence, tout ça a été jeté aux oubliettes.

Le film est très réducteur par rapport aux personnages principaux, Tessa devient juste une intello naïve qui débarque à l’université face à des jeunes rebelles qui boivent et fument.  Quant à Hardin, il devient un post-ado blasé, rebelle et tatoué alors qu’il est tellement plus complexe que ça. Le film passe totalement à côté de la relation avec son père. La cerise sur le gâteau c’est concernant le début et le rapprochement avec Tessa, l’histoire est totalement bâclée !

Ce film est une TRES TRES grande déception !

Ce texte sera surement le plus spontané et le moins réfléchi mais juste besoin d’écrire!

Nous sommes en 2019, on est pas loin du combat “Me Too”, la journée internationale des droits de la Femme fait couler beaucoup d’encre, on chante le féminisme, on dénonce plus facilement le harcèlement,etc. Pourtant, en une semaine, par deux événements totalement opposés, je me suis rendue compte que la femme avait encore beaucoup de combat à mener pour faire valoir ses droits !

Pas plus tard qu’hier, on parle de short en jeans avec une cliente et là elle me sort cette phrase “il y en a quand même qui le cherche!”… Mais qui cherche quoi? Le harcèlement, la violence, le viol… NON, bien sûr que non, jamais une tenue ne justifiera un acte violent.

Comment, une maman de 2 filles, la petite quarantaine, peut justifier un comportement inhumain par une tenue légère? J’espère qu’elle n’a pas de garçon car ce serait carrément lui donner son accord si une fille est habillée court ou de manière sexy “vas y mon grand, ça veut dire oui” ! Je suis tout simplement choquée !

Et alors dans un tout autre contexte, je poste la couverture de Forbes où Caroline Receveur (influenceuse et chef d’entreprise) est en couverture. C’est la première femme à faire la couverture du Forbes France et je trouve que c’est exemple fort de travail et de persévérance (pour info, Caroline est une ancienne candidate de Secret Story). Je reçois un commentaire comme quoi il y a forcément du avoir “promotion canapé” ben oui c’est bien connu une femme ne peut réussir que grâce à son physique et/ou son cul! Je n’ai même pas de mot pour expliquer ce que je ressens…

Heureusement que ce matin, une petite fille de 2 ans est arrivée en chantonnant “Balance ton quoi” je me dis qu’on est pas perdues…

 

On connaît toutes ce moment où tu envois LE sms, LE message, celui que tu écris à 4, 6 ou même 8 mains en fonction des copines disponibles.

Toujours poser une question, être directe mais pas trop, c’est trop tôt pour mettre “bisous”, être claire aussi pour pas avoir de sous entendu mais il faut pas qu’il se fasse des idées non plus car tu as juste envie de le revoir… bref c’est le message le plus important du jour!

Ce message je l’ai envoyé hier soir, avec l’aide de 2 amies, déjà avant d’appuyer sur “envoyé” le stress a commencé à monter et puis le doigt s’approche de la touche et c’est partit!

J’en ai déjà envoyé des sms mais un comme ça, c’est différent. Je propose à un mec rencontré il y a un mois, d’aller boire un verre, j’avoue que j’ai pris sur moi et j’ai du me battre pour appuyer sur “envoyer”.

Là, une boule se forme dans mon ventre, j’ai envie d’éteindre ce téléphone et d’aller me réfugier dans une grotte… je regarde un truc à la télé pour me changer les idées… la première heure passe, il ne lit pas le message… toujours en débriefing avec les filles… après 1h30 ça y est, il l’a lu… pas de réponse, angoisse, j’en ai marre, je décide d’aller dormir!

Et puis, 20 minutes après, une réponse, une belle réponse, longue, il répond à tout et propose de se voir en semaine car plus facile pour lui, tout ça en expliquant son week-end…

Boum! explosion de joie, libération, confiance en soi au top, boostée comme jamais, pas du tout envie de dormir…

J’ai également répondu à tout, envoyé mes disponibilités et puis débriefing avec mes amies! Ces filles extraordinaires, géniales, celles qui sont là pour te booster quand tu en as besoin, celles qui se moqueront gentiment de toi autour d’un verre la prochaine fois et celles qui sont également là quand ça ne va pas! merci les filles, j’ai tellement de chance de vous avoir dans ma vie!

Je l’ai rencontré au début de la boutique, il est passé suite à une interview avec ma sœur, journaliste, il a fait des vannes, une photo avec une casquette “Belge une fois” et flasher sur des badges dont le fameux “Ca va d’aller” pour son pote Freddy Tougaux qui m’en a commandé une vingtaine par la suite, ça commençait bien j’ai envie de dire 😉

En novembre 2016, je gagne des places pour aller voir son spectacle “Optimiste” à Liège dans un chouette café théâtre, on y va entre amis et on se dit déjà qu’au pire, on ira faire un tour au marché de noël après. Et finalement, c’est une très bonne surprise!

Son humour est trash mais convivial comme il le dit si bien…. il y a des vannes juste mémorables, que je ne citerai pas car je ne veux pas vous gâcher le plaisir de les découvrir sur scène.

Depuis le printemps 2017, j’ai souvent été au Kings of Comedy Club (KOCC pour les intimes) et il y est très souvent! Donc j’ai revu certains sketchs, j’ai vu les évolutions, les déclinaisons et surtout les impros.

Voici un de mes sketchs préférés (en dehors de ceux du spectacle) PE j’aime le rap.

Il revient avec une nouvelle monture de son spectacle “Optimiste” que j’ai eu la chance de voir ce jeudi 18 janvier à Uccle pour la grande première. Je dis la chance car on a cru ne jamais arriver… On était coincées dans le bois de la Cambre car ils ne l’avaient pas encore rouvert à cause de la tempête mais on avait su y rentrer, la magie du surréalisme belge…. Le top c’est quand tu demandes à un policier, comment faire pour sortir, il te répond avec un bon accent brusseleir que tu n’as qu’à attendre demain matin! Merci Monsieur l’agent…

Bref, on s’éloigne du sujet… Donc nouvelle version du spectacle et franchement on sent qu’il a évolué et pris de l’assurance, il s’amuse vraiment sur scène et on rit du début à la fin avec une petite larme d’émotion quand même à la clôture… La salle était conquise, standing-ovation et longs applaudissements!

Merci PE, Pierre-Henry, c’est ça? Allez voir le spectacle pour comprendre!

 

Quand tu arrives à 36 ans, le célibat n’est plus seulement une situation mais un parcours du combattant, de questionnement et de justification constante… Pas de toi, car finalement tu le vis plutôt bien, mais des autres! Il y a quelqu’un qui disait à juste titre “l’enfer c’est les autres”… ben c’est un peu ça!

A commencer par ta propre mère, qui vient avec ses angoisses et ses envies d’être grand-mère, “Tu sais mes copines, elles mes parlent de leurs petits-enfants et je ne sais jamais quoi dire”, ben tu leur réponds que tu en as 2, Marley & Clovis (mes chats), ok ils sont un peu poilu, ils marchent toujours à quatre pattes mais bon… En tout cas, vu les prénoms qu’on donne aux enfants en ce moment, moi je dis, ça passe….

Et puis qui a dit qu’il fallait être dans la norme, mariées et mères avant 30 ans… Bon ok, à 20 ans, je me le disais aussi mais finalement je suis bien… De toute façon, j’ai trouvé le meilleur contraceptif possible, voir (subir) le comportement des enfants dans ma boutique, je dirais qu’ils sont quand même plus proche de Chucky, que du bonheur et de la joie, d’être parent.

Exemple, je ne juge pas, je n’ai pas d’enfant donc je ne peux pas comprendre (hum hum), une petite fille entre 18 mois & 2 ans (elle marchait déjà, comme ça vous situez) est devant mon rayon et prend un à un les articles et les dépose (pour pas dire jeter) par terre… J’arrive, je me mets à sa hauteur (je n’ai pas d’enfant mais j’ai regardé Super Nanny, na!) et lui dit avec un grand sourire “Mademoiselle, vous ne pouvez pas faire ça!” Oui je vouvoie les enfants qui ne sont pas sages donc si je tutoie ton enfant c’est bon signe 😉 Et là, à ma grande surprise, la maman me dit “elle ne comprend pas, je rangerais après” OK qu’est-ce qu’elle ne comprend pas dans le non? car même mes chats ont appris et assimiler le concept du “non” et du “attend”… Un chat serait-il plus intelligent qu’un enfant? Je pose juste la question et vous laisse seul juge…..

Exemple numéro 2, il faut savoir qu’il y a du parquet dans la boutique, qui fait du bruit, important de le préciser. Une fillette d’une dizaine d’année, s’amuse à courir en rond, en tapant bien fort des pieds, après 3 interventions de la maman (et mes 3 GinTo de la veille qui me font sentir que mes cheveux poussent), je la stoppe et je luis dis calmement “votre maman vous a demandé 3 fois d’arrêter donc maintenant stop!”.

J’en passe et des meilleurs.. des “Madame, va se fâcher” (ce à quoi je réponds souvent, non non, c’est pas son rôle), des “arrèèèèèèèèèèèèèèèèèète mais arrèèèèèèèèèèèèèète”, des “non tu n’auras pas de bonbons, tu n’es pas sage! non! non! non! non, non, non bon d’accord tu peux en avoir un”… zen restons zen!

Donc ma plus grosse crainte, je l’ai vu passée récemment sur Facebook, ce n’est pas de finir seule mais plutôt le nombre de chat avec lequel je vais finir….

Je lis régulièrement des magazines féminins, le plus souvent sur internet. je viens de lire deux articles sur le célibat et l’amour. Le premier se nomme “les 10 conseils de la sexologue de “Mariés au premier regard” pour un couple qui dure” et le deuxième, “Célibataire? Ces 7 réactions qui vous empêchent de trouver l’amour”.

Si vous me suivez, vous vous doutez que les titres m’ont attiré et j’ai lu ces deux articles. Souvent sur Facebook, on se moque des magazines féminins qui disent tout et son contraire. Du style “comme perdre 3kg en 1 semaine” en page 5 et la recette du moelleux au chocolat en page 20.

Dans le cas présent, il y a des petits trucs qui m’ont titillés… La deuxième règle du premier article pour que notre couple dure c’est “qui se ressemble, s’assemble”. En résumé, la sexologue nous dit qu’on a tendance à croire que les opposés s’attirent mais que sur le long terme, il faut des points communs pour que ça dure.

Dans le deuxième article, la septième réaction qui fait qu’on reste célibataire est “chercher son double”, la journaliste nous dit que l’adage “qui se ressemble, s’assemble” est loin d’être une vérité. Car l’amoureux potentiel peut faire battre notre cœur par ses différences… Elles peuvent le rendre attirant et passionnant.

Comme dire? Donc si je résume, pour sortir de mon célibat, je dois trouver quelqu’un de différent mais si je veux que mon couple dure, il faut qu’on se ressemble… Oui d’accord…

 

Je me suis lancé le défi d’ouvrir ma boutique dédiée à la Belgitude et aux créateurs belges dans mon village d’origine il y a maintenant 31 mois (et oui c’est comme pour les bébés, je compte en mois!).

Quand je me suis lancé ce défi, je savais qu’il allait changer ma vie mais pas à ce point là.

Avec l’arrivée de la boutique, ma priorité était de réussir, de faire du chiffre, je me bats au quotidien pour y arriver, j’y dépense beaucoup d’énergie et aujourd’hui le résultat commence à se faire sentir.

Certaines personnes de mon entourage, n’ont pas compris le changement, les doutes qui m’ont torturé à un moment. “Tu fais ce dont tu as toujours rêvé et tu te plains” je suis navrée si c’est passé comme ça, j’aime ce que je fait et je ne changerai pour rien au monde mais il y a des jours, des semaines difficiles et j’ai besoin d’en parler.

Plus aussi disponibles qu’avant, souvent fatiguée, en fait la fatigue est devenue une seconde nature chez moi. Lau m’avait prévenue, “Maintenant que tu es indépendante, les nuits vont être courtes et agitées” et moi confiante, j’ai  répondu mais noooooooon. Que nenni, les nuits sont courtes, torturées, agitées, on réfléchit beaucoup (trop) et du coup, on dort mal. Le hic, c’est que si je veux voir du monde, je dois sortir et donc je me fatigue encore plus et donc flot de reproche “Tu dis que t’es fatiguée mais tu sors tout le temps” ben oui mais en fait j’ai envie de voir mes amis, de faire la fête mais t’inquiète j’ai compris, la prochaine fois que tu me demandes “comment ça va?” je répondrai “oui” car en fait c’est ce que certaines personnes veulent entendre…

Je fait maintenant la différence entre les vrais amis et les copains, ceux qui sont là sans te juger quand tu as besoin d’eux et ceux avec qui tu passes un bon moment mais à qui tu ne confies que le strict minimum. Et bizarrement les vrais sont majoritairement indépendants ou femmes d’indépendant ou avec cette mentalité tellement particulière. Attention, je ne dis pas qu’on ne peut pas comprendre un indépendant sans en être un, il y a toujours des exceptions, évidemment!

Il faut savoir que les personnes qui restent dans les moments difficiles, c’est avec eux que je fêteraient mes futures réussites!

“Quality not Quantity” voilà comment je résumerais mon cercle d’amis mais également ma vie sociale et active. J’ai compris, avec le temps, que ça ne servait à rien d’avoir plein de potes et que c’était un réel plaisir de construire de vraies relations avec les personnes qui t’entourent.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de dire que je fais un métier qui me passionne, je n’ai d’ailleurs en aucun cas, l’impression de travailler et même si certains moments sont difficiles, je ne changerai pour rien au monde. J’aime ma vie, mon métier et surtout je suis fière de moi et du chemin parcouru.

J’ai 36 ans, je suis indépendante, j’ai un métier passionnant et épanouissant, j’ai des amis en or, 2 chats, je suis célibataire et je suis nulle en amour.

J’aimerais aborder ma difficulté à sortir du célibat, même si je peux dire que ma vie me convient, que je m’y sens bien, je ressens un manque, qu’il soit affectif, sensuel ou simplement l’envie de construire quelque chose à deux, de vivre des nouveaux challenges et de découvrir l’autre.

J’ai essayé les sites de rencontres mais ça ne me convient pas. Je trouve ça dommage de tout baser sur une photo, un physique, il m’arrive d’avoir des coups de cœur dans la vraie vie pour des garçons qui à la base, sont à l’opposé de mon idéal masculin. C’est bien simple, je ne suis jamais sortie avec un garçon qui représentait mon idéal masculin physiquement. Donc jugé une personne sur une photo, c’est tellement rédhibitoire…

A l’époque des réseaux sociaux et de l’ultra-connexion, comment est-ce qu’on rencontre des nouvelles personnes en VRAI? Je sors beaucoup, dans des endroits différents, mais j’ai l’impression que les gens ne se mélangent plus, on reste avec ses amis, son groupe.

Attention, je vais rester en dehors des clichés du “c’était mieux avant” mais je me pose réellement la question, “comment rencontrer quelqu’un de bien?”. A l’école, on fait beaucoup de nouvelles rencontres, ensuite dans le milieu professionnel, mais depuis que je suis indépendante, je travaille seule et c’est devenu vraiment compliqué.

J’entends d’ici les gens en couple me dire, “tu es trop difficile” (non, juste un minimum d’exigence pour trouver quelqu’un de bien), “c’est quand tu t’y attendras le moins”, “arrête de chercher” et toutes les autres phrases bateaux que j’entends à longueur de temps! Note à vous tous, que celui qui a trouvé l’amour (ou même juste une aventure) en restant assis sur son canapé avec un plaid en regardant une bonne série, lève la main! Car oui franchement, si c’est possible ça m’intéresse.

Et alors le pire de tout, c’est que quand je rencontre quelqu’un et que cet homme me plaît, je suis une catastrophe, les phrases ne sortent plus dans le bon sens, j’ai 14 ans, je minaude, je rougis et je suis incapable de tenir une discussion… Comme dans le sketch de Florence Foresti, j’ai 14 ans et 2 couettes. Je suis un peu bloquée en phase 1…

J’ai eu des moments où j’ai perdu l’envie d’essayer de rencontrer quelqu’un, j’avais perdu confiance en moi, j’avais trop peur de souffrir. Aujourd’hui, après un gros travail sur moi-même, j’ai dépassé ce stade, j’ai repris confiance, je sais ce que je vaux et ce que je veux! Le seul hic, c’est que je deviens impatiente…

En ce moment, j’ai un coup de cœur pour un homme, on s’est déjà parlé, on se croise régulièrement, on discute un peu et j’aimerais enclencher la deuxième, lui faire comprendre qu’il me plaît. Ça ne m’arrive pas tous les jours, de rencontrer un mec bien, célibataire, qui me plait, sans enfant et j’ai envie de persévérer. Arriver à aller au-delà de mes peurs, de mes craintes et sortir de ma zone de confort.

Mais comme dis plus haut, je suis nulle en amour… Heureusement que j’ai mes copines pour m’aider mais à un moment, il va falloir faire quelque chose, oui mais quoi? Pourquoi ce n’est pas aussi facile que dans les films/séries ???

En plus, avec l’arrivée de l’automne, je suis totalement tiraillée entre sortir de cette zone de confort ou rentrer en phase d’hibernation (canapé, plaid & bonnes séries). Mais comme dit plus haut, c’est pas en restant sous mon plaid que je vais rencontrer quelqu’un! La suite au prochain épisode…

Cela fait maintenant quelques mois que nous avons pris nos places avec Aurore pour le dimanche du Ronquières Festival. Julien Doré en tête d’affiche, c’est impossible que je rate ça!

La veille, nous avons fêté son anniversaire et c’est en ayant dormi 4 petites heures qu’on se dirigent vers le Ronquières, je voulais absolument voir Konoba qui commençait à 14h10! On perd un peu de temps dans la file pour le parking et finalement on entend que le concert débute quand nous sommes à l’entrée. On peut savourer la fin du concert assises tranquillement sur la plaine Tribord.

Ronquières c’est aussi le paradis de la bouffe, plus d’une vingtaine de Food Truck, il y a vraiment de quoi se régaler… On mangera au son de Mustii, juste énorme sur scène! On profite ensuite de la musique de Delta et je découvre Emma Bale, toute mignonne, sa robe transparente a fait monter la température des festivaliers.

A 19h40, Vianney arrive sur scène, on a du supporter les vannes de Stéphane Pauwels, après avoir fait 3x la blague “Il est où, pas là!” on avait compris mais non il a fallu la faire encore et encore… Bref! Vianney et son look de premier de la classe arrive sur scène. Au début, je ne supportais pas ce chanteur et sa chanson “pas là” mais depuis quelques semaines, il m’intéresse, sa chanson “je m’en vais” me parle beaucoup et elle est arrivée à un moment charnière pour moi. Je m’attendais à un artiste calme, limite introverti et finalement c’est tout le contraire, il est drôle, sautillant, taquin et vraiment très chouette sur scène et assez mignon, en fait!

Source photo: http://www.moustique.be/19085/ronquieres-2017-les-moments-forts-du-festival?utm_campaign=seeding&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Sa reprise de Caroline de MC Solaar m’a convaincue;)

Encore un peu de patience et IL va arriver… La scène est prête, c’est le même décor qu’à Forest National et ça y est, le croustillant Julien Doré arrive sur scène. Contrairement à un concert “classique”, ici il ne jouera que ses singles les plus connus et ça me va. Même le Panda est au rendez-vous sur Coco Câline, il viendra avec sa moto, son sourire complètement craquant fera fondre le public du début à la fin. Julien aime la Belgique et ça se voit!

source photo: http://www.moustique.be/19085/ronquieres-2017-les-moments-forts-du-festival?utm_campaign=seeding&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

Je suis dans ma bulle dorée et je veux encore y rester, on décide de manger pendant le concert de LP (petite déception, je trouve sa voix trop aiguë et on ne comprend pas ce qu’elle chante…)

On clôture cette journée avec Henri PFR, WOUAW quelle énergie, quel set! C’est juste énorme, j’ai l’impression d’avoir 20 ans…. jusqu’à ce que tout le monde commence à jumper et que je décide de mettre sur le côté. C’est là qu’un mec d’une vingtaine d’année me remercie en disant “Merci à vous, Madame!” et c’est le coup de gâce!

Heureusement qu’Henri PFR a choisi ce moment pour mixer Shape of You d’Ed Sheeran sur Crazy in Love de Beyoncé, j’en ai oublié mon grand âge! Et oui, j’ai connu la sortie de ce single et contrairement à beaucoup de personnes présentes, je sortais en boîte et dansait sur cette chanson… En gros, j’avais l’âge qu’ils ont maintenant.

Allez je vous laisse, je vais me faire une bonne tasse de thé. Il me faudrait au moins une semaine pour me remettre de ce week-end de toute façon 😀

C’est la question posée il y a deux semaines par Julie….

Hier il faisait chaud, très chaud, journée de boulot assez longue, j’accumule les soirées et le manque de sommeil, je suis fatiguée et moyennement motivée mais j’ai dis oui à Julie pour le spectacle de Shirley Souagnon “Monsieur Shirley” au Kings of Comedy Club à Bruxelles avec Gaëlle. Une soirée à 3, ca ne se refuse pas…

Au vu du soleil et de la chaleur, je me tâte quand même à annuler mais je sais que je vais passer une excellente soirée et j’ai vraiment envie de les voir 😉 Me voila donc partie vers la capitale dans une voiture qui se rapproche plus du four à cette heure ci!

L’avantage c’est qu’il n’y a personne sur la route, que je trouve facilement une place de parking et donc je suis à temps pour l’Happy Hour! J’arrive à l’entrée, on m’annonce qu’elles sont sur la terrasse, YES on va pas s’enfermer, et là surprise, mes copines sont tranquillement installées en train de siroter des cocktails en compagne de PE & Kody… Ok tout va bien, truc totalement normal… C’est cool, je connais déjà PE, il est déjà venu en boutique grâce à ma sœur et je l’ai revu après un spectacle, on va passer un bon moment. C’est comme ça qu’on prend l’apéro et que finalement même Shirley et sa copine nous rejoignent et que PE finira notre plat de nachos… c’est ça l’ambiance du KOCC, pas de barrière et pas de distance entre les artistes et le public.

Nous allons ensuite manger, pour moi de délicieuses tagliatelles au poulet, Ca fait du bien car après les 2 Gin Tonic de l’happy hour, comment dire? J’en avais besoin!

Bilal le responsable technique monte sur scène pour nous présenter les artistes et nous rappeler les consignes, on ne se lève pas pendant le spectacle, on lève la main pour commander à boire (il vérifie même si on sait tous bien le faire😜) et on éteint les téléphones!

PE monte sur scène pour chauffer le public, par 28 degrés et même si nous ne sommes qu’un vingtaine, c’était assez facile… Son humour trash et décalé me fait toujours bien rire, je vous invite à le découvrir sur scène.

Shirley arrive sur scène, un petit bout de femme (le pied de micro est presque plus Grand qu’elle) mais alors quelle bagout, quelle repartie. Certaines personnes se permettent d’intervenir dans le spectacle, au début c’est drôle mais ca devient vite soûlant surtout quand elle leur donne la parole et qu’il n’y a plus personne pour répondre du coup… Ben oui l’adage est bien connu, “courage, fuyons!” mais pas de soucis, Shirley les gère…

Je ne l’avais jamais vu sur scène, c’était une belle surprise, humour décalé, un soupçon de trash et surtout beaucoup de franc-parler. Une artiste à encore découvrir ce soir au KOCC.

Je vous conseille vivement l’ambiance cool & conviviale du Kings of Comedy Club, leurs cocktails et leurs plats sont juste délicieux.

On finit la soirée sur la terrasse, on se croit en vacances au bout du monde dans une bulle de bonheur et de rire. Merci les filles pour cette soirée hors du temps qui fait tout oublier, pour ces délires, pour votre folie, pour votre sincérité et merci encore pour cette soirée “couille” et pour toutes celles à venir;) Quel trio!