Archives for the month of: September, 2013

Si je n’aime pas les chats siamois. Je les trouve arrogants, méchants, sournois et surtout vicieux, pourquoi ? à cause de « La Belle et le Clochard » évidemment.

Si je n’aime pas les hyènes. Elles sont méchantes, mesquines et ont un rire sadique. Pour le rire, ça doit sûrement être de la fiction, j’avoue que je n’ai pas été vérifié!

Si une vraie fille doit avoir les cheveux longs. Tu as déjà vu une princesse avec des cheveux courts ? Non, alors je t’entends déjà d’ici, « Raiponce, elle a les cheveux courts à la fin ! ». Oui d’accord, mais du coup, elle a perdu sa magie, pas de chance pour elle ! Fallait pas se couper les cheveux !

Si j’adore les chaussures et que, comme beaucoup de femmes, j’en ai  des tonnes.  Il nous a donné l’impression que les chaussures sont primordiales pour réussir une histoire d’amour et peut-être même sa vie de femme, j’exagère à peine. Cendrillon a quand même tout misé sur une « pantoufle de verre ». La pauvre fille était une femme de ménage, orpheline, incapable de tenir tête à sa belle-mère et à ses belles-sœurs et a finit princesse de son royaume ! Alors après ca, qui osera me dire que les chaussures ne sont pas indispensables dans la vie d’une femme ????

Si je ne trouve pas le prince charmant. Par contre, pour lui, c’est un peu différent, il n’existe pas tout simplement… Non les filles, aucun mec ne va parcourir la Belgique avec une chaussure parce que vous dansiez bien la valse. Aucun homme après s’être fait tabassé avec une poêle, ne parcourra la ville, juste pour que vous voyiez une nuit étoilée. Aucun mec ne trouvera une lampe avec un génie et un tapis volant pour vos beaux yeux. Aucun baiser ne peut vous ramener à la vie ! Mais si jamais, ca m’intéresse…

Dans la vraie vie, les animaux ne parlent pas, les oiseaux et les souris ne vous font pas de robes, les cheveux magiques n’existent pas, les sirènes non plus, les lampes ne contiennent pas de Génie…

Heureusement qu’il y a des gens comme Walt Disney pour créer ce monde magique. Un monde où les souris sont copines avec des canards, où le prince charmant est même prêt à aimer une sirène et où un poisson clown parcourt tout un océan pour retrouver son fils !

C’est peut-être parce que je n’ai pas encore d’enfant mais j’adore le mois de septembre. Le mois de septembre est synonyme de sortie d’un nouveau livre d’Amélie Nothomb, oui c’est vrai que c’est aussi la fin de l’été, le début de l’automne mais ce livre illumine mon mois de septembre quoiqu’il arrive…

Je suis fascinée par l’univers de cet artiste excentrique, proche de ses lecteurs, passionnée et libre. A chaque livre, elle nous emmène dans un univers bizarre et décalé où les méchants sont obèses et les prénoms toujours très spéciaux. (J’ai failli appeler mon chat Plectrude !)  Elle représente bien la belgitude ! Au fil des articles, vous allez découvrir mon côté chauvin, que j’assume totalement, j’aime les artistes belges, j’aime mon pays et je le revendique.

Cette saison, Amélie nous raconte son histoire d’amour avec le pays où elle a passé les 5 premières années de sa vie, le Japon. Amélie se croit nipponne depuis toujours, malgré sa mauvaise expérience d’adulte qu’elle nous raconte dans « Stupeurs & Tremblements », elle garde ses magnifiques souvenirs d’enfance qu’elle nous a aussi raconté dans « Métaphysique des tubes ».

Ce roman raconte son retour au pays pour l’émission « Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux » pour la chaîne France 5. Suivie d’une équipe de télévision, Amélie retrouve sa nounou, qu’elle a longtemps considérée comme sa maman et son premier amour nippon. Enfin je ne vais pas vous raconter le livre, je vous laisse le soin de le lire.

Je pense qu’un jour, j’écrirai une lettre à Amélie mais que lui dire, que lui raconter ? J’ai eu la chance de la rencontrer quand je travaillais à la Foire du Livre de Bruxelles et je suis restée toute bête devant cette femme que j’admire. Je n’ai su dire qu’une bêtise du genre « j’aime beaucoup ce que vous faites ! ».  Bref, vivement septembre 2014…

20130921-131037.jpg

Quand j’ai découvert Mylène Farmer en 1999 avec l’album Innamoramento, je suis tombée en admiration, ce mystère, ces textes et cet univers, tout me correspondait. Ce côté « donnez moi une enveloppe, je vais me suicider » m’intriguait et me passionnait.

J’ai eu la chance de la découvrir sur scène, avant que cela ne coûte un bras, et là extase. J’ai été subjuguée, hypnotisée par cet artiste. Son mystère et sa relation avec son public sont très impressionnant. Et puis, cette passion s’est fortement diminuée.

Elle m’a déçue, notamment avec sa tournée en 2006, exclusivement à Bercy. Déjà que les tournées de Mylène Farmer sont rares, si en plus elle ne fait qu’une seule salle de concert… Ensuite vient l’augmentation du prix de ses places de concert. Je suis d’accord que le show est grandiose mais il y a des limites.

Et puis en 2008, coup de grâce, le single « Appelle mon numéro ! », j’ai pas du comprendre cette chanson mais il a marqué la fin de mon admiration pour Mylène Farmer.

Finalement c’est aussi le côté admiratif, adorateur de la divine Mylène Farmer qui me dérange, trop de mystère tue le mystère. Il n’y a pas de demi-mesure avec cette artiste, on ne peut que l’adorer ou être indifférent, je crois qu’à la fin de mon adolescence, ces textes déprimants et désenchantés me parlaient beaucoup plus qu’aujourd’hui.

Pourquoi en parler aujourd’hui, parce que sa grande tournée Timeless a démarré à Paris et je viens de lire un article où un groupe de fan campe depuis plus de 15 jours devant la salle. Certains ont pris des places pour chaque concert (je pense qu’il y en a 14 au total, prix de 65 à 140€), certains ont même démissionné de leur travail pour pouvoir assister au concert du 7 au 14 septembre et d’autres viennent simplement à 5h30 pour être bien placés dans la salle. Voilà ce qu’est la passion  extrême pour Mylène Farmer, il y a aussi d’autres types de fans, je vous rassure.

Timeless+2013+Timeless2013Photo_TIMELESS_201

Source photo: http://www.lastfm.fr/event/3401443+Timeless+2013

Ca y est, j’en ai assez, assez de me lamenter
J’ai effacé le passé pour tout recommencer
Me libérer, j’ai décidé de prendre la vie du bon côté

Voila une bonne façon de commencer la semaine même si je ne suis pas fière (d’ailleurs je ne le dirais pas) de la chanson, ni du chanteur, d’où vient ce refrain!

Sur ce, bonne semaine…

20130915-111019.jpg

Quand j’ai vu ce livre dans les rayons de la FNAC, je n’ai pas pu m’empêcher d’être curieuse, et de crier “alleluia”! Livre de poche au prix désuet et au titre évocateur, je me suis empressée de le faire mien…

Oui cette expression aurait pu être la mienne car effectivement je ne suis pas parfaite et elles m’énervent les femmes parfaites! D’ailleurs, on en connaît toutes qui nous agacent…

Celle-là même qui avec 4 enfants, élevés au bio, un job de rêve, un chien et un époux parfait arrive encore a trouver le temps de faire du sport, cuisiner des menus 3 services quand elle t’invite, avec les légumes du jardin évidement, à faire des cupcakes magnifiques (et délicieux en plus, connasse!) et à garder la ligne!

Ou alors celle qui arrive a sortir de l’avion avec un brushing parfait, un teint de rêve et des yeux de biches! Alors que toi, tu sors de l’avion, les cheveux en bataille et électriques, la mine blanche et les yeux rouges comme si tu n’avais plus dormi depuis 72 heures.

Ou pire, celle qui en fin de soirée, en boîte de nuit, quand le soleil se lève, est toujours parfaitement maquillée, brushée et tient toujours sur ses talons de 15 cm, alors que nous, filles normales… Il n’y a même pas besoin de vous faire un dessin.

Bref, si vous êtes reconnue dans les exemples de femmes parfaites, ma chronique s’arrête ici, je suis désolée je ne peux rien pour vous…

Pour les autres, celles qui, comme moi, sont loin d’être parfaites, je vous conseille vivement ce livre qui nous déculpabilise et en fait nous rassure, nous ne sommes pas seules, les filles!

Alors maintenant, on assume de ne pas connaître les paroles de “Get Lucky” et de faire du yaourt! On assume de ne pas avoir la main verte, au point que même nos cactus dépérissent! On assume de ne pas savoir marcher avec des talons de 15cm (d’ailleurs, il faudrait arrêter d’en acheter)! Et on assume qu’en soirée, on ne boit pas que du jus de Goyave ou du Kirr Royal!

Chronique du 10/09/2013 paru dans le Chouette Magazine

20130910-222305.jpg

J’ai été voir le film “Jobs” avec Ashton Kutcher. Excellent film, j’ai vraiment adoré découvrir l’histoire de cet homme que j’admire.

Diplômée en marketing, je suis en admiration devant des gens qui arrivent à créer un besoin comme Apple ou Coca-Cola. Déjà avant d’avoir vu le film, j’aimais beaucoup le travail et la réussite de Steve Jobs mais alors après le film, j’adore!

Sa philosophie, ses idéaux, son travail acharné, sa volonté, son perfectionnisme, j’y ai trouvé une réelle inspiration. D’accord, il y a des moments dans le film où il est inhumain mais on s’en fout, il a suivi ses rêves et ses ambitions jusqu’au bout!

Je conseille ce film à toutes les personnes qui ont un rêve, une passion, l’envie de créer quelque chose, c’est un booster!

“Votre vie est limitée, alors ne passez pas votre temps à vivre la vie d’une autre personne. Ne tombez pas dans le piège du dogme qui consiste à vivre suivant le résultat de la pensée des autres. Et par dessus tout, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ces deux-là savent déjà qui vous voulez réellement devenir. Tout le reste n’est qu’accessoire.” Steve Jobs.

20130910-005636.jpg

Je n’aime pas les cyclistes! Ce n’est pas seulement leurs marques de bronzage ou leurs mollets surdéveloppés qui me font horreur. C’est également le casque, la combinaison, le deux-roues, les lunettes et tout l’attirail qui fait le bon cycliste qui me font fuir et on rajoute a ça, leur façon de monopoliser la route.

À tous les cyclistes qui lisent cette chronique, messieurs quand il y a une piste cyclable en bon état, utilisez-la! C’est pas compliqué dans “piste cyclable”, il y a la syllabe “cycl” même premières lettres que le mot cycliste, ça veut donc dire que cette piste est pour vous. Ça éviterait a tout le monde bien des désagréments.

Entre les signes et les injures que vous lancez aux automobilistes qui osent (oh mon dieu quel sacrilège!) vous dépasser sur une route, et votre façon de rouler à 2 ou 3 côte à côte, je ne vous supporte plus.

Oui vous êtes des sportifs, oui vous êtes écolos, oui je vous trouve courageux de rouler sur les routes et de croiser des fous du volant. Mais tout les conducteurs ne sont pas méchants et certains vous respectent, alors respectez les aussi…

Cette chronique pourrait également s’adresser aux scouts, lutins, louveteaux, guides et autres… Marcher sur les trottoirs si vous ne voulez pas rencontrer des voitures et éviter les arrêts intempestif au milieu de la route, surtout en pleine nuit, c’est mieux pour rester en vie.

Pour ceux qui n’auraient pas compris, ces quelques lignes étaient de très mauvaises fois et surtout pleine de second degré! Je ne voudrais pas avoir plus d’ennuis sur les routes…

Ce post ne parlera ni du Carré de Willebroek, ni de celui de Liège, bien que “Carré” habite Liège.

Il parlera du “Carré” de ma Sista, baptisée Carré comme racine carrée, pas en référence à l’album de Stromae mais au mathématique, car elles ont le même prénom, donc sur ce blog je la nommerai Carrée.

Carrée est donc le carré de ma Sista, mais également la sœur de nMs et c’est grâce à elle que j’ai rencontré Nonine, ça va vous suivez toujours?

Bref, ce week-end, nous avons fête l’anniversaire de Carrée et c’est toujours un plaisir que de revoir cette fille au second degré et aux références imbattables!

On en a fait des concerts, spectacles et voyage a Paris avec Carrée, Sista et nMs. Que de souvenirs! On peut toujours se marrer pendant des heures grâce aux répliques cultes de Florence Foresti, Jamel Debbouze, Yacine, Dedo ou encore Navo et son “Hitler mon pote!”

Et donc Carrée a 25 ans, un amoureux, un chat et un nouveau sac Colonius et Vincent est en finale de Secret Story (oui je sais, aucun rapport, et alors?)!

Encore un très joyeux anniversaire Carrée!

Quand j’ai fêté mes 30 ans, c’était le bonheur, la trentaine c’est top ! Tout va bien, tu t’acceptes enfin entièrement avec tes qualités et, surtout, tes défauts, tu assumes enfin tout (ou presque).

Et puis arrive le coup de vieux que tu n’as pas vu venir, 32 ans ! Tu n’as plus 30 ans, tu en as 2 de plus et ça fait toute la différence… Tu n’es toujours pas mariée ou casée, tu n’as toujours pas d’enfants, ce qui était mignon et une preuve de liberté à 30 ans, ne l’est plus forcément à 32 !

Le coup de vieux, ça commence avec le (très) charmant postier qui te sort du « madame » en veux-tu en voilà, pendant les 3 minutes où tu es au guichet.

Ca continue avec ta pote Nonine qui en arrivant chez toi un samedi matin alors que tu n’es pas encore maquillée, te lance un « j’ai cru que c’était ta maman ! ». Merci Nonine, je sais que tu aimes Florence Foresti mais bon… (D’ailleurs, elle rame toujours pour trouver une explication cohérente à cette phrase, « mais je voulais dire que sans tes lunettes, tu lui ressembles ». Bla bla bla)

Ou alors à un entretien d’embauche quand on vous annonce que dans l’équipe vous serez la plus vieille. « Ca ne vous dérange pas de travailler avec des jeunes ? », non ca va, je travaille tous les jours avec moi-même et tout va bien (connasse)!

Et le coup de grâce est mis par un pote de l’amoureux de mon nMs (20 ans, il faut le préciser, c’est important) qui, à l’annonce de mon grand âge, me dit « tu pourrais être ma mère ! ». Alors là c’est trop mon p’tit bonhomme (enfoiré !), va falloir retourner à l’école pour faire des maths ! Et voilà qu’il m’appelle « mémère » en référence à Secret Story, mais elle a 37 ans, elle !

Pour vous rassurer, à part ça, tout va bien ! J’aime ma vie de trentenaire célibataire, j’ai des copines en or, j’aime mon travail et je m’éclate. Maintenant il est vrai que si Charmant pouvait se séparer de son destrier blanc, pour prendre un moyen de locomotion plus rapide pour arriver jusqu’à moi, ca m’arrangerait !