En cette fin de soirée du 03 avril 2013, je suis arrivée, par hasard au début de l’émission « La parenthèse inattendue » sur France 2. J’ai vécu un beau moment suspendu dans le temps grâce au philosophe Alexandre Jollien, invité à l’émission en compagnie de Patrick Timsit & Veronique Genest.

Pour ceux qui ne connaissent l’émission, le concept est d’inviter trois personnalités pour une journée et une nuit à la campagne, en général d’univers différents, les invites racontent leur vie, leur parcours, apprennent à se connaître (personne ne sait qui d’autre est invité) en faisant la cuisine, en se promenant dans une belle propriété campagnarde.

Même si j’ai un attachement tout particulier pour Véronique Genest, j’ai grandi en regardant Julie Lescaut, qui plus est elle est le sosie officiel de ma maman, c’est Alexandre Jollien qui m’a emmené dans son monde.

Alexandre Jollien a basé sa vie et sa philosophie sur la joie, le partage et la méditation. Petit détail, il est handicapé de naissance, il est né avec le cordon ombilical autour du cou et c’est grâce (selon ses propres termes) à son athétose qu’il est devenu ce qu’il est. Il a écrit 6 livres, « Eloge de la Faiblesse », « le métier d’Homme », « la construction de soi »,  « le philosophe nu », « la philosophie de la joie » et « petit traité de l’abandon ». Je n’ai qu’une seule envie, les dévorer.

Je ne pense pas être arrivée sur cette chaîne par hasard, j’ai été attirée comme un aimant et je n’ai pas su en décrocher, Alexandre Jollien m’a hyptonisé !

J’essaye de développer cette philosophie de vie au jour le jour, celle de la joie de vivre, du bien-être, de la positivité, et grâce à Alexandre, j’ai encore appris pendant cette « parenthèse inattendue ». Même si ce n’est pas tout les jours facile, il a su me redonner foie en cette philosophie. Il a soulevé un point important pendant l’émission, la vraie liberté arrive quand le regard d’autrui ne nous détermine plus.

Merci à Frédéric Lopez pour cette VRAIE « parenthèse inattendue » et pour ce beau moment de télévision.

Pour plus d’informations sur Alexandre Jollien ; www.alexandre-jollien.ch.

Chronique du 24 avril 2013

Advertisements