C’est peut-être parce que je n’ai pas encore d’enfant mais j’adore le mois de septembre. Le mois de septembre est synonyme de sortie d’un nouveau livre d’Amélie Nothomb, oui c’est vrai que c’est aussi la fin de l’été, le début de l’automne mais ce livre illumine mon mois de septembre quoiqu’il arrive…

Je suis fascinée par l’univers de cet artiste excentrique, proche de ses lecteurs, passionnée et libre. A chaque livre, elle nous emmène dans un univers bizarre et décalé où les méchants sont obèses et les prénoms toujours très spéciaux. (J’ai failli appeler mon chat Plectrude !)  Elle représente bien la belgitude ! Au fil des articles, vous allez découvrir mon côté chauvin, que j’assume totalement, j’aime les artistes belges, j’aime mon pays et je le revendique.

Cette saison, Amélie nous raconte son histoire d’amour avec le pays où elle a passé les 5 premières années de sa vie, le Japon. Amélie se croit nipponne depuis toujours, malgré sa mauvaise expérience d’adulte qu’elle nous raconte dans « Stupeurs & Tremblements », elle garde ses magnifiques souvenirs d’enfance qu’elle nous a aussi raconté dans « Métaphysique des tubes ».

Ce roman raconte son retour au pays pour l’émission « Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux » pour la chaîne France 5. Suivie d’une équipe de télévision, Amélie retrouve sa nounou, qu’elle a longtemps considérée comme sa maman et son premier amour nippon. Enfin je ne vais pas vous raconter le livre, je vous laisse le soin de le lire.

Je pense qu’un jour, j’écrirai une lettre à Amélie mais que lui dire, que lui raconter ? J’ai eu la chance de la rencontrer quand je travaillais à la Foire du Livre de Bruxelles et je suis restée toute bête devant cette femme que j’admire. Je n’ai su dire qu’une bêtise du genre « j’aime beaucoup ce que vous faites ! ».  Bref, vivement septembre 2014…

20130921-131037.jpg

Advertisements