A la base, je ne suis pas une grande spécialiste du ballon rond même si je baigne dedans depuis que je suis toute petite, un papa gardien de but ça laisse des traces… J’avoue également qu’avant que la coupe du monde ne débute, la débâcle médiatique, le sponsoring à outrance,  la surenchère publicitaire et surtout les campagnes qui utilisaient la coupe du monde pour tout et n’importe quoi, me saoulait et j’en avais déjà marre avant le premier match.

Cependant, à partir du 17 juin et du premier match des belges, tout a changé ! J’ai été prise dans cette spirale noir-jaune-rouge, dans l’engouement d’une nation et dans cette folie belge. J’aime l’effet de cette équipe sur notre pays, le rassemblement d’un peuple derrière un sport. Il n’y a plus de Flamands, ni de Wallons, nous sommes belges et fiers de l’être. Même si d’un côté, on entendra plutôt « Waar is het feestje, hier is het feestje ! » et de l’autre « Tous ensemble, tous ensemble ! », c’est derrière les mêmes onze joueurs que nous vibrons !

La Belgique a vibré aux rythmes des matchs (ainsi que son économie), nous avons retenu notre souffle pour nos diables rouges. On aura entendu des cris de victoire, vu des larmes de joie et surtout ce match contre les Etats-Unis qui nous aura donné des sueurs froides mais qui nous a également donné l’accès au quart de finale. Pour finir sur ce goal argentin qui nous a enlevé nos chances d’aller plus loin….

Même si vous rentrez en Belgique sans la coupe, on reste fiers de vous et de votre beau parcours, merci de nous avoir rassemblés et surtout d’avoir montré que la Belgique existe !

diables_rouges

Advertisements