Archives for the month of: November, 2014

Bon j’avoue que le thème peut paraître déprimant, et j’étais la première à être moyennement emballée quand on m’en parlait. Mais comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Je ne sais pas si je vous en ai déjà parlé mais je fais partie d’un réseau de femmes entrepreneurs, les Wonder Women, c’est lors d’une de nos réunions que j’ai eu l’opportunité d’en parler avec une coach. Spécialisée dans la prévention du Burn out au sein des PME, Manoelle van der Straten et son programme « Out le Burn-out » m’ont appris beaucoup de choses. Déjà à la base, même si je savais que le burn-out était une forme de dépression, j’ai appris que c’est surtout relatif au travail. C’est un épuisement professionnel dont on se sort, à différencier de la dépression dont on ne guérit jamais.

Le burn-out est un sujet de société très actuel. Il y a un arrêté royal datant du 10 avril 2014 qui prône la prévention relative aux problèmes psychosociaux au travail. L’employeur est dorénavant dans l’obligation de mettre en place des mesures de prévention appropriées afin de prévenir des risques psychosociaux comme le stress, la violence, le harcèlement moral ou sexuel. En sachant que les collaborateurs clés, les plus précieux, performants et les plus investis sont potentiellement en danger de burn-out.

C’est là qu’intervient Manoelle, sachant que les PME ont rarement les ressources nécessaires pour remplir les conditions de cet arrêté. Elle fait un audit interne et une analyse des personnes à risques au sein de la société ainsi que les risques financiers. Elle apporte les solutions nécessaires au chef d’entreprise et les clés à mettre en place pour favoriser le bien-être des travailleurs. Une vraie Wonder Woman en soi… Surtout quand on sait que ceux qui sont le plus « à risques » en matière de burn-out sont les collaborateurs clés, les plus précieux, performants et les plus investis.

Alors comme vous savez que je vous suis totalement dévouée, chers lecteurs, j’ai fait le test afin de savoir s’il y avait des risques de Burn Out chez moi, alors je vous rassure tout va bien. J’ai quelques points à travailler pour un meilleur bien-être personnel que je vais approfondir avec Manoelle en séance individuelle et je vous tiendrais évidemment au courant.

Si comme moi, vous avez l’image du coach comme dans Hitch, je pense qu’on va s’amuser dans les prochaines chroniques et qu’on va être positivement surpris. La suite dans ma prochaine chronique…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Manoëlle au 0475/22.07.65 et visitez son site http://www.outleburnout.com.

Advertisements

Plus jamais un dimanche chez Ikea ! Vous connaissez le film une journée en enfer, j’ai vécu un dimanche en enfer et PLUS JAMAIS. J’ai été d’une bétise incroyable en acceptant d’accompagner ma maman ce dimanche chez Ikea. On ne se rendait pas bien compte de ce qu’on faisait…

Ce samedi, ma maman me propose d’aller faire un tour chez Ikea car celui de Zaventem était ouvert exceptionnellement. Ca tombe bien j’ai vu un chouette petit canapé et j’aimerais le voir en vrai et l’essayer avant de me décider. Il s’est avéré dur, inconfortable et de toute façon trop grand pour la place que je voulais lui consacrer…

Ma cousine et sa fille se laissent convaincre également. Nous voilà toutes les quatre parties à l’aventure « Dimanche chez Ikea » pour un petit moment de détente et de shopping entre filles. Nous avons vite déchanté !

Le parking ressemblait à celui d’un parc d’attractions en plein mois de juillet ! Des voitures partout, du personnel pour faire la circulation et aucune place disponible ! Une fois passé les portes tournantes, mon enfer a commencé. C’était incroyable le nombre de personnes qui avaient eu la même fausse bonne idée que nous.

Nous ressemblions à un troupeau de bétail qui suivait les allées toutes tracées d’Ikea, l’horreur. Les gens te bousculent, essayent de passer devant toi en croyant qu’ils sont plus intelligents que tout le monde et qu’ils vont arriver à fuir le troupeau ! Evidemment si tu ne vas pas assez vite, c’est de ta faute et non à cause des centaines de personnes amassées dans le même rayon !

Il faut savoir qu’on vient de rentrer en période de guerre, c’est la loi de la jungle chez Ikea. Comme dans Koh-Lanta, c’est à celui qui fait la plus belle stratégie pour avoir le droit d’essayer le canapé, de toucher les draps les plus doux ou ouvrir la nouvelle garde-robe. Les gens n’ont plus aucun savoir vivre et la politesse de base est inexistante. A la guerre comme à la guerre, c’est chacun pour soi, pas de places pour les faibles, avoir droit à ton crayon Ikea ou mourir.

Ensuite tu arrives aux caisses car tu as quand même craqué sur des bougies et 2 petits nounours pour tes chats, tu vois ceux à 1€ avec une super grande étiquette.  Là tu remercies Ikea d’avoir créé les « Selfscan » car les files sont juste interminables.

Quand tu as payé tes achats, tu te dis que tu as quand même bien mérité ton hotdog et puis on ne va pas chez Ikea sans manger un hotdog… non mais ! Et c’est repartit pour un file de 15 minutes avec ta nièce qui veut une glace, parce qu’elle le vaut bien.

Tu as juste envie de frapper le mec devant toi qui après 15 minutes de files, ne sait pas ce qu’il veut, une fois arrivé devant la vendeuse ! C’est pourtant pas compliqué chez Ikea, c’est Hotdog avec ou sans boissons et/ou glace….  Une fois que j’ai mon Graal (mon hotdog), je me dis que mon calvaire est terminé mais non ! Une file de 15 minutes nous attend pour récupérer la glace car une des deux machines est en panne, suis-je maudite ?

Sur le parking, tous les nouveaux aventuriers du dimanche te guettent pour voir quelle voiture tu vas déplacer et pouvoir prendre ta place de parking, tel des vautours autour d’une proie. Quand enfin tu rentres dans ta voiture, le mec qui la veut est tellement assoiffé de sang (non non j’exagère à peine) qu’il ne te laisse pas la place nécessaire pour faire ta manœuvre correctement !  « Espèce de c**, e***** et fils de p*** » fusent dans la voiture et tant pis pour les oreilles chastes de ma nièce, dommage collatéral. En même temps, ça fait du bien ! Heureusement que je ne conduisais pas !

Bref j’ai vécu un dimanche en enfer chez Ikea…

Alors je crois que je suis tombée sur le pire du pire en matière de télé-réalité, et encore je suis certaine que les producteurs vont réussir à me surprendre !

Le concept, une jeune fille rêve au prince Charmant, elle est belle, intelligente, proche de sa famille et des animaux. Elle a connu des déceptions amoureuses auprès de beaux garçons qui n’étaient pas bien intérieurement et n’avaient pas les mêmes valeurs qu’elle. Alors elle décide de faire une émission de télé pour rencontrer son prince charmant.

Voilà le début de « la Belle et ses princes presque charmants »… L’émission commence avec les portraits des « princes presque charmants », le casting a été fait pour prendre les garçons les plus laids de France mais avec des belles valeurs (et encore, ce n’est pas le cas de certains).

La « princesse » arrive et elle va à la rencontre de ses « princes ». Elle se décompose au fur et à mesure qu’elle découvre les candidats. Il faut reconnaître que même si elle veut un garçon avec des valeurs, elle voulait aussi qu’il soit beau… (ben oui, puisqu’elle est belle, elle veut un beau garçon !) La production filme sa réaction en caméra cachée et elle n’est pas tendre du tout avec ses nouveaux prétendants mais elle décide de continuer l’émission pour apprendre à les connaître. Serait-ce pour acquérir un minimum de célébrité par hasard???

Quelques jours plus tard, un nouveau groupe de garçons arrive, les mecs beaux mais pas gentils, des goujats qui collectionnent les conquêtes féminines. En résumé, ils sont soit mannequin, soit stripteaseur, soit sportif professionnel. La princesse va-t’elle choisir avec son cœur ou avec ses yeux ?

En gros c’est le combat des moches contre les beaux ! L’émission est pitoyable dans sa démonstration que les mecs moches sont gentils, avec un cœur, limite puceaux et attachants et les mecs beaux en sont réduit à un tas de muscles sans neurone, porté sur le sexe qui collectionne les filles. Je n’ai jamais vu autant de préjugés dans une seule émission !

Le pire ce sont les candidats, surtout les moches, qui ont été choisis parce qu’ils ont un physique ingrat digne d’un dessin animé ! On les ridiculise, ils se ridiculisent aussi d’ailleurs, en les mettant dans une situation où on leur fait croire qu’il y en a un qui va repartir avec la « princesse ». Ils créent une pseudo compétition entre les deux clans, les moches sont jaloux des nouveaux qui s’attirent les faveurs de la princesse. Un « beau » va jusqu’à leur dire, « Vous pensez vraiment que l’un d’entre vous va retourner avec la princesse ? ». (Ils ne sont pas si bêtes que ça les beaux en fait…)

Je trouve cela ignoble de profiter de la faiblesse des gens pour faire du « spectacle ». On sait dès le départ que même si elle a l’air très gentille, la « princesse » est superficielle, elle ne sortira jamais avec un de ces candidats « moches » et elle est faussement gentille avec eux pour les besoins de l’émission.

Le côté guimauve de l’émission est le pire ! Ils peuvent gagner un bisou de la « princesse » grâce à un jeu. Ils lui offrent des cadeaux pour dévoiler leur personnalité… Devinez qui offre les cadeaux « bisounours » comme un poème ou un gâteau en forme de cœur et qui offre des cadeaux plus hot du style un « striptease » ? Ben oui évidemment, il faut encore plus marquer la différence entre les deux clans sinon ce ne serait pas drôle ! Bref, j’apprécie la télé-réalité comme vous le savez mais je ne cautionne en aucun cas ce genre d’émission !

144466-la-belle-et-ses-princes-presque-diapo-2