Plus jamais un dimanche chez Ikea ! Vous connaissez le film une journée en enfer, j’ai vécu un dimanche en enfer et PLUS JAMAIS. J’ai été d’une bétise incroyable en acceptant d’accompagner ma maman ce dimanche chez Ikea. On ne se rendait pas bien compte de ce qu’on faisait…

Ce samedi, ma maman me propose d’aller faire un tour chez Ikea car celui de Zaventem était ouvert exceptionnellement. Ca tombe bien j’ai vu un chouette petit canapé et j’aimerais le voir en vrai et l’essayer avant de me décider. Il s’est avéré dur, inconfortable et de toute façon trop grand pour la place que je voulais lui consacrer…

Ma cousine et sa fille se laissent convaincre également. Nous voilà toutes les quatre parties à l’aventure « Dimanche chez Ikea » pour un petit moment de détente et de shopping entre filles. Nous avons vite déchanté !

Le parking ressemblait à celui d’un parc d’attractions en plein mois de juillet ! Des voitures partout, du personnel pour faire la circulation et aucune place disponible ! Une fois passé les portes tournantes, mon enfer a commencé. C’était incroyable le nombre de personnes qui avaient eu la même fausse bonne idée que nous.

Nous ressemblions à un troupeau de bétail qui suivait les allées toutes tracées d’Ikea, l’horreur. Les gens te bousculent, essayent de passer devant toi en croyant qu’ils sont plus intelligents que tout le monde et qu’ils vont arriver à fuir le troupeau ! Evidemment si tu ne vas pas assez vite, c’est de ta faute et non à cause des centaines de personnes amassées dans le même rayon !

Il faut savoir qu’on vient de rentrer en période de guerre, c’est la loi de la jungle chez Ikea. Comme dans Koh-Lanta, c’est à celui qui fait la plus belle stratégie pour avoir le droit d’essayer le canapé, de toucher les draps les plus doux ou ouvrir la nouvelle garde-robe. Les gens n’ont plus aucun savoir vivre et la politesse de base est inexistante. A la guerre comme à la guerre, c’est chacun pour soi, pas de places pour les faibles, avoir droit à ton crayon Ikea ou mourir.

Ensuite tu arrives aux caisses car tu as quand même craqué sur des bougies et 2 petits nounours pour tes chats, tu vois ceux à 1€ avec une super grande étiquette.  Là tu remercies Ikea d’avoir créé les « Selfscan » car les files sont juste interminables.

Quand tu as payé tes achats, tu te dis que tu as quand même bien mérité ton hotdog et puis on ne va pas chez Ikea sans manger un hotdog… non mais ! Et c’est repartit pour un file de 15 minutes avec ta nièce qui veut une glace, parce qu’elle le vaut bien.

Tu as juste envie de frapper le mec devant toi qui après 15 minutes de files, ne sait pas ce qu’il veut, une fois arrivé devant la vendeuse ! C’est pourtant pas compliqué chez Ikea, c’est Hotdog avec ou sans boissons et/ou glace….  Une fois que j’ai mon Graal (mon hotdog), je me dis que mon calvaire est terminé mais non ! Une file de 15 minutes nous attend pour récupérer la glace car une des deux machines est en panne, suis-je maudite ?

Sur le parking, tous les nouveaux aventuriers du dimanche te guettent pour voir quelle voiture tu vas déplacer et pouvoir prendre ta place de parking, tel des vautours autour d’une proie. Quand enfin tu rentres dans ta voiture, le mec qui la veut est tellement assoiffé de sang (non non j’exagère à peine) qu’il ne te laisse pas la place nécessaire pour faire ta manœuvre correctement !  « Espèce de c**, e***** et fils de p*** » fusent dans la voiture et tant pis pour les oreilles chastes de ma nièce, dommage collatéral. En même temps, ça fait du bien ! Heureusement que je ne conduisais pas !

Bref j’ai vécu un dimanche en enfer chez Ikea…

Advertisements