Archives for the month of: March, 2017

1 An déjà… 365 jours et tout est resté en mémoire, les images, les sensations, ce sentiment d’impuissance, cette tristesse et la perte d’une certaine innocence.

On se souvient tous de ce qu’on faisait ce fameux 22 Mars. Cette journée noire…

J’aimerais surtout me souvenir du 23 Mars, de cet élan de Belgitude, de cet amour, de cet entraide, de notre revendication noir/jaune/rouge et de cette fierté d’être belge.

Le souvenir que j’ai envie de garder aussi c’est la vidéo de Gui-Home vous détend et surtout cette phrase “ami terroriste, les personnes à qui vous faites peur, n’existent même pas!”

Que nos journées soient pour toujours noir/jaune/rouge…

“C’était au temps où Bruxelles rêvait
C’était au temps du cinéma muet
C’était au temps où Bruxelles chantait

C’était au temps où Bruxelles bruxellait

Place de Broukère on voyait des vitrines
Avec des hommes des femmes en crinoline
Place de Broukère on voyait l’omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l’impériale

Le coeur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il était militaire
Elle était fonctionnaire
Il pensait pas elle pensait rien
Et on voudrait que je sois malinC’était au temps où Bruxelles chantait
C’était au temps du cinéma muet
C’était au temps où Bruxelles rêvait
C’était au temps où Bruxelles bruxellait

Sur les pavés de la place Sainte-Catherine
Dansaient les hommes les femmes en crinoline
Sur les pavés dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l’impériale
Le cœur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il avait su y faire
Elle l’avait laissé faire
Ils l’avaient donc fait tous les deux
Et on voudrait que je sois sérieux

C’était au temps où Bruxelles rêvait
C’était au temps du cinéma muet
C’était au temps où Bruxelles dansait
C’était au temps où Bruxelles bruxellait

Sous les lampions de la place Sainte-Justine
Chantaient les hommes les femmes en crinoline
Sous les lampions dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l’impériale
Le coeur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il attendait la guerre
Elle attendait mon père
Ils étaient gais comme le canal
Et on voudrait que j’aie le moral

C’était au temps où Bruxelles rêvait
C’était au temps du cinéma muet
C’était au temps où Bruxelles chantait
C’était au temps où Bruxelles bruxellait”

Tout a commencé, ce vendredi 17/03 avec un SMS du magazine Flair qui m’annonce que j’ai gagné 2 Places pour l’avant première du film que j’attends depuis des mois, La Belle et la Bête!

Avec Julie, on avait dit qu’on ira le voir, je lui propose spontanément de m’accompagner. Elle me dit oui, immédiatement!

Ce lundi, me voila en route pour la capitale, pleine d’attentes. Au Kinepolis, on se rend compte que Brupark est fermé, on voulait manger un morceau mais on se rabat sur un paquet de popcorn et de chips au sel.

J’ai hâte et en même temps j’ai peur d’être déçue… c’est mon dessin-animé préféré, je me rends compte pendant le film que je le connais vraiment par coeur.

La salle s’assombrit et c’est parti pour deux heures de féerie, de magie et de romance… je me laisse emporter par l’histoire, me surprend à verser une larme (pourtant je sais comment ca se finit) et m’evade.

Le film est magique, fidèle au dessin animé et encore meilleur. Ca fait très longtemps que je n’avais plus ressenti autant d’émotion au cinema. Le seule reproche, Philibert est un cheval de trait dans le dessin animé normalement😊

On sort de la salle, on a 10 ans à nouveau, Julie & moi! On fredonne les chansons, on reste dans notre monde de rêve et de conte de fée. Apres un trajet en tram, je monte dans ma voiture, je branche la playlist du dessin animé… arrivée à la maison, je m’endors les étoiles plein les yeux et “Histoire Éternelle” en tête…

Ca fait du bien d’avoir 10 ans à nouveau…