Archives for category: Coaching

J’ai 36 ans, je suis indépendante, j’ai un métier passionnant et épanouissant, j’ai des amis en or, 2 chats, je suis célibataire et je suis nulle en amour.

J’aimerais aborder ma difficulté à sortir du célibat, même si je peux dire que ma vie me convient, que je m’y sens bien, je ressens un manque, qu’il soit affectif, sensuel ou simplement l’envie de construire quelque chose à deux, de vivre des nouveaux challenges et de découvrir l’autre.

J’ai essayé les sites de rencontres mais ça ne me convient pas. Je trouve ça dommage de tout baser sur une photo, un physique, il m’arrive d’avoir des coups de cœur dans la vraie vie pour des garçons qui à la base, sont à l’opposé de mon idéal masculin. C’est bien simple, je ne suis jamais sortie avec un garçon qui représentait mon idéal masculin physiquement. Donc jugé une personne sur une photo, c’est tellement rédhibitoire…

A l’époque des réseaux sociaux et de l’ultra-connexion, comment est-ce qu’on rencontre des nouvelles personnes en VRAI? Je sors beaucoup, dans des endroits différents, mais j’ai l’impression que les gens ne se mélangent plus, on reste avec ses amis, son groupe.

Attention, je vais rester en dehors des clichés du “c’était mieux avant” mais je me pose réellement la question, “comment rencontrer quelqu’un de bien?”. A l’école, on fait beaucoup de nouvelles rencontres, ensuite dans le milieu professionnel, mais depuis que je suis indépendante, je travaille seule et c’est devenu vraiment compliqué.

J’entends d’ici les gens en couple me dire, “tu es trop difficile” (non, juste un minimum d’exigence pour trouver quelqu’un de bien), “c’est quand tu t’y attendras le moins”, “arrête de chercher” et toutes les autres phrases bateaux que j’entends à longueur de temps! Note à vous tous, que celui qui a trouvé l’amour (ou même juste une aventure) en restant assis sur son canapé avec un plaid en regardant une bonne série, lève la main! Car oui franchement, si c’est possible ça m’intéresse.

Et alors le pire de tout, c’est que quand je rencontre quelqu’un et que cet homme me plaît, je suis une catastrophe, les phrases ne sortent plus dans le bon sens, j’ai 14 ans, je minaude, je rougis et je suis incapable de tenir une discussion… Comme dans le sketch de Florence Foresti, j’ai 14 ans et 2 couettes. Je suis un peu bloquée en phase 1…

J’ai eu des moments où j’ai perdu l’envie d’essayer de rencontrer quelqu’un, j’avais perdu confiance en moi, j’avais trop peur de souffrir. Aujourd’hui, après un gros travail sur moi-même, j’ai dépassé ce stade, j’ai repris confiance, je sais ce que je vaux et ce que je veux! Le seul hic, c’est que je deviens impatiente…

En ce moment, j’ai un coup de cœur pour un homme, on s’est déjà parlé, on se croise régulièrement, on discute un peu et j’aimerais enclencher la deuxième, lui faire comprendre qu’il me plaît. Ça ne m’arrive pas tous les jours, de rencontrer un mec bien, célibataire, qui me plait, sans enfant et j’ai envie de persévérer. Arriver à aller au-delà de mes peurs, de mes craintes et sortir de ma zone de confort.

Mais comme dis plus haut, je suis nulle en amour… Heureusement que j’ai mes copines pour m’aider mais à un moment, il va falloir faire quelque chose, oui mais quoi? Pourquoi ce n’est pas aussi facile que dans les films/séries ???

En plus, avec l’arrivée de l’automne, je suis totalement tiraillée entre sortir de cette zone de confort ou rentrer en phase d’hibernation (canapé, plaid & bonnes séries). Mais comme dit plus haut, c’est pas en restant sous mon plaid que je vais rencontrer quelqu’un! La suite au prochain épisode…

Advertisements

571534d274e9fd715abaabb543887d17

Hier soir, au siège de la KBC à Bruxelles, toutes les Wowo se sont réunies pour le premier Wonder Women Academy.

Au programme de cette soirée entre femmes, une Introduction de Damien Van Renterghem, CEO KBC Brussels qui nous présentent KBC, leurs nouveaux défis, leur positionnement et la place des femmes au sein de cette société belge.

Ensuite l’intervention de Chouna Lomponda qui a reçu le prix de L’Union de la Femme Africaine 2015 et qui est porte-parole du Musée Juif de Belgique et maman célibataire de quatre garçons. Elle nous parlera de son parcours atypique et de son audace.

La conférence de la soirée est menée par Isabelle Wats sur le thème de son livre: « Que veux-tu vraiment ? »

J’ai principalement envie de vous parler de l’inspirante Isabelle Wats et de ma prise de conscience lors de sa conférence. Je suis en pleine réalisation de mon rêve au niveau professionnel et je suis très heureuse. Au niveau professionnel, j’ose, je prends des risques, je fonce et je suis pleine de confiance. Au contraire, au niveau personnel et surtout sentimental, c’est le contraire.

Grâce à cette conférence, je me suis rendue compte que je me mettais des freins et que une majorité des freins qu’on peut trouver au niveau de la réalisation de ses objectifs, je me les inflige au niveau personnel.

Un des slides de la conférence était « Dépasser les freins, utilisons la puissance de notre mental pour chasser les saboteurs ». Les saboteurs sont la dévalorisation de soi, le perfectionnisme, les excuses, la passivité, la dispersion, les préjugés et les peurs. Ces saboteurs, beaucoup les rencontrent dans leur envie de passer à l’action, de changer de vie et aussi quand on se lance en tant qu’indépendant.

Ce qui est marrant, c’est que ces saboteurs ont été quasi inexistants dans mon choix de me lancer dans ma vie d’indépendante mais par contre, ils sont très présents dans ma vie sentimentale sauf le perfectionnisme et la dispersion. Pour se disperser, il faudrait déjà avoir des ouvertures 😉 (il vaut mieux en rire!)

Tout ça pour vous dire, que je vais me prendre en main, cette conférence m’a réveillée et j’ai vraiment pris conscience que je me freinais toute seule. Notre vie nous appartient et je choisis d’être heureuse. Si j’ai confiance en moi pour me lancer à fond dans ma vie active, je dois avoir confiance en moi pour ma vie affective ! Je vais de ce pas, aller acheter le livre d’Isabelle Wats.

La vie est pleine de surprise, une soirée qui, à la base, devait être plutôt dans un axe professionnel et de travail, s’est avérée être une révélation sur moi et pour ma vie affective. Tout est possible!

48778dd16bac167ab7f44509ae1c49e2

Septième séance de coaching, axée sur l’estime de soi dans les relations amoureuses. J’ai encore besoin d’aide au niveau de ma confiance au niveau de la séduction. En réalité, j’ai une peur bleue du “râteau” et je suis assez classique en ce qui concerne la drague, pour moi, le “premier pas” doit être fait par l’homme. J’ai pas envie de prendre les initiatives, je suis quelqu’un d’assez indépendante dans la vie en général, en amour, j’ai envie de me laisser un peu guider… J’ai envie d’être séduite!

En préparation de la séance, Manoëlle m’a envoyé un exercice très sympa et facile à réaliser, les “petits bonhommes allumettes”. Un dessin à réaliser pour se délivrer des liens qui nous unissent à certaines personnes, pour nous aider à nous retrouver, à nous recentrer sur nous-même. Ces liens peuvent être positifs comme négatifs, l’exercice nous permet juste de prendre de la distance, de nous détacher, de nous libérer et de libérer aussi la personne toujours de manière totalement positive. C’est une manière d’harmoniser les relations.

J’ai fait l’exercice avec 4 personnes, c’était peut-être un peu trop pour une première fois, j’ai été vidée après. J’étais vraiment fatiguée, j’avais froid et mal à la gorge, sensation vraiment bizarre.

La séance avec Manoëlle a commencé par un débriefing sur l’exercice, elle me confirme que 4 personnes c’est trop pour une première fois. Elle me pose des questions pour analyser mon ressenti par rapport à l’exercice, les bienfaits que j’en ai retiré. J’avoue que c’est assez difficile d’analyser les résultats directement mais dans l’ensemble je me sens bien, j’ai l’impression d’avoir un poids en moins sur les épaules.

Ensuite, on aborde le sujet “sensible”, les mecs. En fait, je me rends compte que c’est aussi une peur de sortir de ma zone de confort, je suis bien dans ma vie, j’aime ma façon d’être libre mais en même j’ai envie de construire un avenir à deux, de me sentir aimée, d’avoir des câlins, un jour des enfants… C’est un peu de la fainéantise et de la peur de changer ma vie, mes habitudes, qui me conviennent bien pour le moment… Je suis partagée entre ma vie actuelle et la vie dont je rêve avec un amoureux.

On en parle longuement, Manoëlle me motive, me booste, me persuade de passer à l’action et de sortir de ma zone de confort. Elle me lance des pistes, des idées et à la fin de la séance, j’ai une motivation illimitée. Il est temps de passer à l’action et que mes rêves deviennent mes plans!

Si vous aussi, vous voulez changer de vie, contactez Manoëlle au 0475/22.07.65

Sixième séance de coaching, petit rappel: “la personne la plus importante c’est moi!”.

Avec Manoëlle, nous avons fait un point sur la situation, les événements récents, et surtout sur l’alimentation. Avec mon rythme de vie pour le moment, j’ai fait un peu n’importe quoi au niveau de mon alimentation, j’ai sauté des repas, j’ai bu du coca et manger pas mal de crasses. Ce qui en plus d’être mauvais, est un gouffre financier. Il est grand temps de se reprendre en main et de cuisiner des bons petits plats. Depuis une semaine, j’améliore ma qualité de vie alimentaire, en plus avec Top Chef, c’est motivant et inspirant.

Il faut savoir que j’ai un blocage psychologique avec les fruits et les légumes, j’ai une phobie alimentaire. Mis à part en potage, je ne sais pas en consommer c’est une source d’angoisse. Cela fait souvent beaucoup parler dans les repas avec des nouvelles personnes mais c’est ce que je suis, j’aimerais y arriver mais c’est très difficile pour moi. Certaines personnes ont peur du vide, du noir ou des insectes, moi ce sont les fruits et légumes.

Je me recentre également sur mes envies, j’essaye de faire ce que je veux et surtout quand je le veux, j’ai pas mal d’activités professionnelles pour le moment et je dois reprendre un rythme, je suis assez fatiguée et ma vie sociale passe au second plan mais ça me convient pour le moment. C’est juste une question d’adaptation et de reprise de rythme.

Je me suis également inscrite sur “The Place 2 be Single“, je me sens enfin prête à rencontrer quelqu’un. Je sais qu’Il va arriver bientôt.

Pour la quatrième séance, j’avais envie de travailler sur ma vie personnelle. Cette période est difficile pour les célibataires et j’avoue que c’est un moment où je me mets beaucoup de pression.

Comme à chaque début de séance, nous avons fait le bilan. Nous avons parlé d’un projet professionnel qui me tient à cœur et qui est revenu récemment dans ma vie. Manoëlle m’a posé des questions, encouragée et surtout m’a aidé à faire une “to-do list” des choses à faire et à mettre en place. Elle arrive chaque fois à me titiller pour que je me pose les bonnes questions et à mettre le doigt sur les points utiles pour avancer.

Ensuite nous sommes allé sur le terrain de l’affectif, du sentiment de solitude propice au célibat pendant cette période festive.

J’avais besoin de vider mon sac, de lâcher la pression inutile que je me mets… On va travailler ensemble sur l’estime de soi et la confiance en soi. Première chose que j’ai retenu de la séance, quand une personne ou une phrase nous blesse c’est qu’on a choisi de la laisser nous atteindre.  Je me sens déjà plus forte aujourd’hui car j’ai pris la décision d’être inébranlable. On a toujours le choix et nous sommes maître de notre vie.

Pour pouvoir être aimée ou désirée, il faut d’abord apprendre à s’aimer soi-même. J’ai fait avec Manoëlle, une liste de mes qualités et des compliments que j’aimerais entendre d’un homme. La liste est affichée dans ma salle de bain comme un mémo et je vais l’apprendre par cœur.

Le chemin vers l’acceptation de moi a commencé!

Je vous tienS au courant de l’évolution bien évidemment…

Si vous aussi, vous avez besoin d’un coup de pouce afin de changer de vie, contactez Manoëlle au 0475/22.07.65.

Avec ma coach (ça le fait ou pas ?), nous en sommes déjà à notre troisième séance. Cette séance nous l’avons fait par téléphone pour plus de facilités pour chacune.

Pour commencer, nous avons fait un « état des lieux » afin de voir où j’en étais par rapport au travail déjà effectué. Je continue mes bonnes résolutions par rapport au soda que je ne consomme plus du tout, je minci progressivement mais durablement. Au point de vue professionnel, j’ai établi mes objectifs de vente pour le mois de décembre et pour le moment c’est cohérent,  j’ai un esprit positif et résistant à toute épreuve.

Cette séance, j’ai voulu l’axer sur un entretien professionnel que j’avais le lendemain et pour lequel j’étais stressée car il y avait beaucoup de zones d’ombres. Nous avons d’abord ensemble relevé toutes les inconnues de cet entretien et mis en place une série de questions auxquelles je devais avoir les réponses le lendemain. Elle a ensuite mis en avant toutes mes qualités et fait une préparation psychologique afin que je sois forte et confiante lors du rendez-vous.

Elle m’a aussi demandé d’un point de vue professionnel quel était mon modèle, et comme j’en ai déjà parlé sur le blog, je suis admirative de Steve Jobs. Uniquement d’un point de vue de la réussite professionnel, j’aime ses convictions et sa confiance en lui. J’admire les gens qui arrivent à nous créer un besoin. On ne veut pas un smartphone, on veut un Iphone. On parle de la marque ou du modèle et non de la catégorie de produit et à mon avis, c’est ça la réussite.

Nous avons même parlé de la tenue que j’allais porter pour me sentir en confiance, ancrée sur mes deux pieds. Le jour J, j’ai reçu des messages d’encouragements et après l’entretien, je lui ai téléphoné afin de lui expliquer comment ça c’était passé.

Ce qui est important dans un coaching, c’est qu’on se sent épauler, on est à deux dans « l’épreuve ». On se pose les bonnes questions, j’ai été valorisée et mise en confiance, j’ai senti que je n’étais pas seule. Le film « Hitch » n’est pas si loin de la réalité, en oubliant le côté « gag », c’est juste que Manoëlle n’est pas toujours à côté de moi dans l’action mais avec moi par la pensée.

Je sens que j’évolue positivement, que je dépasse mes anciennes limites et que j’ai déjà une meilleure confiance en moi. On continue comme ça !

Si vous aussi, vous avez besoin d’un coup de pouce afin de changer de vie, contactez Manoëlle au 0475/22.07.65.

Bon j’avoue que le thème peut paraître déprimant, et j’étais la première à être moyennement emballée quand on m’en parlait. Mais comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Je ne sais pas si je vous en ai déjà parlé mais je fais partie d’un réseau de femmes entrepreneurs, les Wonder Women, c’est lors d’une de nos réunions que j’ai eu l’opportunité d’en parler avec une coach. Spécialisée dans la prévention du Burn out au sein des PME, Manoelle van der Straten et son programme « Out le Burn-out » m’ont appris beaucoup de choses. Déjà à la base, même si je savais que le burn-out était une forme de dépression, j’ai appris que c’est surtout relatif au travail. C’est un épuisement professionnel dont on se sort, à différencier de la dépression dont on ne guérit jamais.

Le burn-out est un sujet de société très actuel. Il y a un arrêté royal datant du 10 avril 2014 qui prône la prévention relative aux problèmes psychosociaux au travail. L’employeur est dorénavant dans l’obligation de mettre en place des mesures de prévention appropriées afin de prévenir des risques psychosociaux comme le stress, la violence, le harcèlement moral ou sexuel. En sachant que les collaborateurs clés, les plus précieux, performants et les plus investis sont potentiellement en danger de burn-out.

C’est là qu’intervient Manoelle, sachant que les PME ont rarement les ressources nécessaires pour remplir les conditions de cet arrêté. Elle fait un audit interne et une analyse des personnes à risques au sein de la société ainsi que les risques financiers. Elle apporte les solutions nécessaires au chef d’entreprise et les clés à mettre en place pour favoriser le bien-être des travailleurs. Une vraie Wonder Woman en soi… Surtout quand on sait que ceux qui sont le plus « à risques » en matière de burn-out sont les collaborateurs clés, les plus précieux, performants et les plus investis.

Alors comme vous savez que je vous suis totalement dévouée, chers lecteurs, j’ai fait le test afin de savoir s’il y avait des risques de Burn Out chez moi, alors je vous rassure tout va bien. J’ai quelques points à travailler pour un meilleur bien-être personnel que je vais approfondir avec Manoelle en séance individuelle et je vous tiendrais évidemment au courant.

Si comme moi, vous avez l’image du coach comme dans Hitch, je pense qu’on va s’amuser dans les prochaines chroniques et qu’on va être positivement surpris. La suite dans ma prochaine chronique…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Manoëlle au 0475/22.07.65 et visitez son site http://www.outleburnout.com.