Archives for category: la trentaine

Je lis régulièrement des magazines féminins, le plus souvent sur internet. je viens de lire deux articles sur le célibat et l’amour. Le premier se nomme “les 10 conseils de la sexologue de “Mariés au premier regard” pour un couple qui dure” et le deuxième, “Célibataire? Ces 7 réactions qui vous empêchent de trouver l’amour”.

Si vous me suivez, vous vous doutez que les titres m’ont attiré et j’ai lu ces deux articles. Souvent sur Facebook, on se moque des magazines féminins qui disent tout et son contraire. Du style “comme perdre 3kg en 1 semaine” en page 5 et la recette du moelleux au chocolat en page 20.

Dans le cas présent, il y a des petits trucs qui m’ont titillés… La deuxième règle du premier article pour que notre couple dure c’est “qui se ressemble, s’assemble”. En résumé, la sexologue nous dit qu’on a tendance à croire que les opposés s’attirent mais que sur le long terme, il faut des points communs pour que ça dure.

Dans le deuxième article, la septième réaction qui fait qu’on reste célibataire est “chercher son double”, la journaliste nous dit que l’adage “qui se ressemble, s’assemble” est loin d’être une vérité. Car l’amoureux potentiel peut faire battre notre cœur par ses différences… Elles peuvent le rendre attirant et passionnant.

Comme dire? Donc si je résume, pour sortir de mon célibat, je dois trouver quelqu’un de différent mais si je veux que mon couple dure, il faut qu’on se ressemble… Oui d’accord…

 

Advertisements

Je me suis lancé le défi d’ouvrir ma boutique dédiée à la Belgitude et aux créateurs belges dans mon village d’origine il y a maintenant 31 mois (et oui c’est comme pour les bébés, je compte en mois!).

Quand je me suis lancé ce défi, je savais qu’il allait changer ma vie mais pas à ce point là.

Avec l’arrivée de la boutique, ma priorité était de réussir, de faire du chiffre, je me bats au quotidien pour y arriver, j’y dépense beaucoup d’énergie et aujourd’hui le résultat commence à se faire sentir.

Certaines personnes de mon entourage, n’ont pas compris le changement, les doutes qui m’ont torturé à un moment. “Tu fais ce dont tu as toujours rêvé et tu te plains” je suis navrée si c’est passé comme ça, j’aime ce que je fait et je ne changerai pour rien au monde mais il y a des jours, des semaines difficiles et j’ai besoin d’en parler.

Plus aussi disponibles qu’avant, souvent fatiguée, en fait la fatigue est devenue une seconde nature chez moi. Lau m’avait prévenue, “Maintenant que tu es indépendante, les nuits vont être courtes et agitées” et moi confiante, j’ai  répondu mais noooooooon. Que nenni, les nuits sont courtes, torturées, agitées, on réfléchit beaucoup (trop) et du coup, on dort mal. Le hic, c’est que si je veux voir du monde, je dois sortir et donc je me fatigue encore plus et donc flot de reproche “Tu dis que t’es fatiguée mais tu sors tout le temps” ben oui mais en fait j’ai envie de voir mes amis, de faire la fête mais t’inquiète j’ai compris, la prochaine fois que tu me demandes “comment ça va?” je répondrai “oui” car en fait c’est ce que certaines personnes veulent entendre…

Je fait maintenant la différence entre les vrais amis et les copains, ceux qui sont là sans te juger quand tu as besoin d’eux et ceux avec qui tu passes un bon moment mais à qui tu ne confies que le strict minimum. Et bizarrement les vrais sont majoritairement indépendants ou femmes d’indépendant ou avec cette mentalité tellement particulière. Attention, je ne dis pas qu’on ne peut pas comprendre un indépendant sans en être un, il y a toujours des exceptions, évidemment!

Il faut savoir que les personnes qui restent dans les moments difficiles, c’est avec eux que je fêteraient mes futures réussites!

“Quality not Quantity” voilà comment je résumerais mon cercle d’amis mais également ma vie sociale et active. J’ai compris, avec le temps, que ça ne servait à rien d’avoir plein de potes et que c’était un réel plaisir de construire de vraies relations avec les personnes qui t’entourent.

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de dire que je fais un métier qui me passionne, je n’ai d’ailleurs en aucun cas, l’impression de travailler et même si certains moments sont difficiles, je ne changerai pour rien au monde. J’aime ma vie, mon métier et surtout je suis fière de moi et du chemin parcouru.

J’ai 36 ans, je suis indépendante, j’ai un métier passionnant et épanouissant, j’ai des amis en or, 2 chats, je suis célibataire et je suis nulle en amour.

J’aimerais aborder ma difficulté à sortir du célibat, même si je peux dire que ma vie me convient, que je m’y sens bien, je ressens un manque, qu’il soit affectif, sensuel ou simplement l’envie de construire quelque chose à deux, de vivre des nouveaux challenges et de découvrir l’autre.

J’ai essayé les sites de rencontres mais ça ne me convient pas. Je trouve ça dommage de tout baser sur une photo, un physique, il m’arrive d’avoir des coups de cœur dans la vraie vie pour des garçons qui à la base, sont à l’opposé de mon idéal masculin. C’est bien simple, je ne suis jamais sortie avec un garçon qui représentait mon idéal masculin physiquement. Donc jugé une personne sur une photo, c’est tellement rédhibitoire…

A l’époque des réseaux sociaux et de l’ultra-connexion, comment est-ce qu’on rencontre des nouvelles personnes en VRAI? Je sors beaucoup, dans des endroits différents, mais j’ai l’impression que les gens ne se mélangent plus, on reste avec ses amis, son groupe.

Attention, je vais rester en dehors des clichés du “c’était mieux avant” mais je me pose réellement la question, “comment rencontrer quelqu’un de bien?”. A l’école, on fait beaucoup de nouvelles rencontres, ensuite dans le milieu professionnel, mais depuis que je suis indépendante, je travaille seule et c’est devenu vraiment compliqué.

J’entends d’ici les gens en couple me dire, “tu es trop difficile” (non, juste un minimum d’exigence pour trouver quelqu’un de bien), “c’est quand tu t’y attendras le moins”, “arrête de chercher” et toutes les autres phrases bateaux que j’entends à longueur de temps! Note à vous tous, que celui qui a trouvé l’amour (ou même juste une aventure) en restant assis sur son canapé avec un plaid en regardant une bonne série, lève la main! Car oui franchement, si c’est possible ça m’intéresse.

Et alors le pire de tout, c’est que quand je rencontre quelqu’un et que cet homme me plaît, je suis une catastrophe, les phrases ne sortent plus dans le bon sens, j’ai 14 ans, je minaude, je rougis et je suis incapable de tenir une discussion… Comme dans le sketch de Florence Foresti, j’ai 14 ans et 2 couettes. Je suis un peu bloquée en phase 1…

J’ai eu des moments où j’ai perdu l’envie d’essayer de rencontrer quelqu’un, j’avais perdu confiance en moi, j’avais trop peur de souffrir. Aujourd’hui, après un gros travail sur moi-même, j’ai dépassé ce stade, j’ai repris confiance, je sais ce que je vaux et ce que je veux! Le seul hic, c’est que je deviens impatiente…

En ce moment, j’ai un coup de cœur pour un homme, on s’est déjà parlé, on se croise régulièrement, on discute un peu et j’aimerais enclencher la deuxième, lui faire comprendre qu’il me plaît. Ça ne m’arrive pas tous les jours, de rencontrer un mec bien, célibataire, qui me plait, sans enfant et j’ai envie de persévérer. Arriver à aller au-delà de mes peurs, de mes craintes et sortir de ma zone de confort.

Mais comme dis plus haut, je suis nulle en amour… Heureusement que j’ai mes copines pour m’aider mais à un moment, il va falloir faire quelque chose, oui mais quoi? Pourquoi ce n’est pas aussi facile que dans les films/séries ???

En plus, avec l’arrivée de l’automne, je suis totalement tiraillée entre sortir de cette zone de confort ou rentrer en phase d’hibernation (canapé, plaid & bonnes séries). Mais comme dit plus haut, c’est pas en restant sous mon plaid que je vais rencontrer quelqu’un! La suite au prochain épisode…

J’ai envie de crier, d’hurler, de m’énerver et surtout de pousser un gros coup de gueule! A tous mes amis, copains, connaissances, je sais que c’est pour mon bien, que vous voulez mon bonheur mais je vais bien! Etre célibataire n’est ni une maladie, ni une tare.

Est ce que je vous conseille sur votre couple, moi! “Ca va? Vous faites l’amour au moins 3x/semaine? Vous êtes à l’écoute l’un de l’autre? Vous prenez du temps pour vous? Et sinon c’est quand la dernière fois qu’il t’a surprise? Vous vous aimez encore après si longtemps?”

Voici ce que j’aimerais répondre aux bien-pensants, aux bien intentionnés et à leurs phrases toutes faites.

“Tu trouveras quelqu’un quand tu t’y attends le moins” ou “arrête de chercher et IL arrivera!” là j’ai même pas de mots parce que souvent juste après on te conseille de t’inscrire sur un site de rencontre, parce que ça te fera sûrement du bien de rencontrer quelqu’un. On est d’accord qu’on est dans deux pensées complètement opposées? Si tu vas sur un site de rencontre, c’est que tu cherches donc… Ok vous me suivez bien 😉

“Tu es trop difficile!” Non pas spécialement mais c’est vrai que je préfère être seule que mal accompagnée et j’ai certains critères quand même, un mec sympa, drôle et propre c’est un minimum. Par contre ça veut dire que tu as pris le premier mec qui voulait de toi? pas sympa pour ton homme ça!

“Le mec parfait n’existe pas, tu sais!” Oui merci, je crois aux licornes mais quand même, j’ai 34 ans, je sais que la perfection n’existe pas, ni chez l’homme, ni chez la femme. Encore une fois, j’ai un minimum d’exigence mais je vis dans la réalité, je vous rassure.

Pourquoi tu es célibataire? Alors j’avoue que je reste sans réponse mais il y a sûrement une raison. Et alors, arrêtez avec votre éternel, “je ne comprends pas pourquoi tu es célibataire” c’est super gentil mais j’en ai marre…

J’avoue que je vis bien mon célibat, les seuls moments délicats, ce sont les invitations à des mariages ou autres événements plus officiels, où j’aimerais y aller avec mon amoureux, ce serait plus sympa.

En bref, je vous remercie de prendre soin de moi, de me conseiller sur mon célibat mais arrêtez avec vos phrases toutes faites dites et répétées à chaque fois qu’on se voit. Promis si j’ai besoin de conseil ou d’en parler, je viens vous voir.

571534d274e9fd715abaabb543887d17

Hier soir, au siège de la KBC à Bruxelles, toutes les Wowo se sont réunies pour le premier Wonder Women Academy.

Au programme de cette soirée entre femmes, une Introduction de Damien Van Renterghem, CEO KBC Brussels qui nous présentent KBC, leurs nouveaux défis, leur positionnement et la place des femmes au sein de cette société belge.

Ensuite l’intervention de Chouna Lomponda qui a reçu le prix de L’Union de la Femme Africaine 2015 et qui est porte-parole du Musée Juif de Belgique et maman célibataire de quatre garçons. Elle nous parlera de son parcours atypique et de son audace.

La conférence de la soirée est menée par Isabelle Wats sur le thème de son livre: « Que veux-tu vraiment ? »

J’ai principalement envie de vous parler de l’inspirante Isabelle Wats et de ma prise de conscience lors de sa conférence. Je suis en pleine réalisation de mon rêve au niveau professionnel et je suis très heureuse. Au niveau professionnel, j’ose, je prends des risques, je fonce et je suis pleine de confiance. Au contraire, au niveau personnel et surtout sentimental, c’est le contraire.

Grâce à cette conférence, je me suis rendue compte que je me mettais des freins et que une majorité des freins qu’on peut trouver au niveau de la réalisation de ses objectifs, je me les inflige au niveau personnel.

Un des slides de la conférence était « Dépasser les freins, utilisons la puissance de notre mental pour chasser les saboteurs ». Les saboteurs sont la dévalorisation de soi, le perfectionnisme, les excuses, la passivité, la dispersion, les préjugés et les peurs. Ces saboteurs, beaucoup les rencontrent dans leur envie de passer à l’action, de changer de vie et aussi quand on se lance en tant qu’indépendant.

Ce qui est marrant, c’est que ces saboteurs ont été quasi inexistants dans mon choix de me lancer dans ma vie d’indépendante mais par contre, ils sont très présents dans ma vie sentimentale sauf le perfectionnisme et la dispersion. Pour se disperser, il faudrait déjà avoir des ouvertures 😉 (il vaut mieux en rire!)

Tout ça pour vous dire, que je vais me prendre en main, cette conférence m’a réveillée et j’ai vraiment pris conscience que je me freinais toute seule. Notre vie nous appartient et je choisis d’être heureuse. Si j’ai confiance en moi pour me lancer à fond dans ma vie active, je dois avoir confiance en moi pour ma vie affective ! Je vais de ce pas, aller acheter le livre d’Isabelle Wats.

La vie est pleine de surprise, une soirée qui, à la base, devait être plutôt dans un axe professionnel et de travail, s’est avérée être une révélation sur moi et pour ma vie affective. Tout est possible!

48778dd16bac167ab7f44509ae1c49e2

Je voudrais partager avec vous, une véritable découverte, l’usine à Lunette by Polette!

J’ai une légère myopie et je porte donc des lunettes, j’ai toujours eu envie d’avoir des lunettes décalées mais ça coûte une fortune. J’ai découvert ce site et j’ai déjà craqué pour 6 paires de lunettes, des classiques et des plus funs;)

Voici ma dernière paire, c’est le modèle Chocolatine Flower à 6,99€ (verres unifocaux compris), c’est dingue non??? Je suis complètement fan, je crois que je vais me faire une armoire spéciale lunettes;)

IMG_7099

Donc dorénavant les filles, on peut assortir nos lunettes à nos tenues, notre humeur du moment et se permettre toutes les folies.

J’ai craqué pour un modèle plus rétro que je porterais moins souvent mais qui me fait délirer, il m’a coûté 20€, verres compris;)

IMG_6621

Et puis j’ai aussi deux modèles plus classiques, chacun à 6,99€ pièce (verres compris).

Et alors vivement les solaires, car pour 10€ de plus sur toutes les montures, vous pouvez teintés vos verres unifocaux, de la couleur de votre choix, bref ce site est une petite merveille;)

Vous vous rendez compte qu’avec mes 6 paires de lunettes, je ne suis même pas encore au prix d’une paire en boutique spécialisée…

Un petit bémol, c’est assez difficile d’essayer sur le site, donc j’ai eu de la chance, elles me vont toutes car le retour est à nos frais et ils ne remboursent pas les verres mis à votre vue. Pour une monture entre 6 & 10€, ça ne vaut pas la peine de payer 16.40€ de frais de port par la poste mais bon, personne n’est parfait…

Samedi soir, on a fêté l’anniversaire d’une amie et comme beaucoup de soirée, nous avons fini au Domaine du Blé. Ca faisait longtemps que je n’y avais plus été un samedi. Bon j’y suis allée il y a deux semaines, un vendredi, mais sous l’effet de l’alcool, je n’ai pas trop percuté ce qui se passait. (Avertissement, l’alcool c’est mal et j’avais un super BOB donc je suis rentrée saine et sauve ;-))

Revenons à ce samedi soir, déjà la musique était pas au top… Musique sympa que j’écoute volontiers mais alors pas pour danser. Le DJ est canon mais être mignon, ça sufit pas… On en ferait bien un t-shirt d’ailleurs! Nous avons croisé plein de sosie de Kenji (chanteur qui te saoule avec sa belle Andalouse, aussi belle que jalouse, tu vois de qui je parle?), les gars un peu d’originalité, ce serait top! J’ai aussi croisé Samuel de The Voice et le sosie de Bertrand Chameroy de TPMP. Alors lui, il est canon de chez canon et donc son sosie aussi, petit pari avec les copines, s’il repasse je vais lui parler… Il est jamais repasser… Déception! En fait, c’est sûrement mieux comme ça, merci Univers…

Mais le plus drôle est la mode du port de la doudoune en “boîte”… Au début, on a cru que le premier Mister Doudoune était un original mais non, il y a eu une invasion de Mister Doudoune! Pourquoi? Perso l’odeur de la transpiration ne me séduit pas… Je suppose que c’est la nouvelle mode?!? Ça me fait penser à mon époque, aux mecs qui sortaient en boîte avec des lunettes de soleil… Décidément, les mecs ont une mode bizarre pour leurs sorties!

Et alors clou de la soirée, les mecs qui cherchent la bagarre, même avec les filles… là c’est le début de la fin de la soirée, même si la musique est (enfin) bonne, j’ai envie de rentrer! Et au Domaine, même si ça fait 1 an que t’y as plus mis un pied, t’es pas perdu, toujours la même musique, toujours les mêmes personnes et toujours le même relou qui te drague à chaque fois. Il a toujours pas compris que c’est mort…

Réflexion générale sur le Domaine, pourquoi les mecs doivent absolument porter une chemise alors que les filles peuvent venir habillées comme des paysannes?

Bref, c’était une chouette soirée, et même si c’est pas la meilleure boîte, on y retournera car c’est à côté de chez nous et que l’entrée est gratuite grâce à la carte de membre;)

En tout honnêteté, l’image que j’avais du Feng Shui était un peu réductrice et se résumait à avoir un bouddha chez soi, une plaque avec du sable et un râteau ainsi qu’une fontaine à eau. J’ai également vu des émissions où le spécialiste poussait à changer tout l’intérieur de la maison, repeindre, abattre des murs et refaire toute la décoration. Je vous l’avoue que j’étais loin d’être la meilleure candidate pour cet art de vivre.

Il y a quelques mois, j’ai rencontré Annabel, spécialiste en Feng Shui Occidentale, en parlant avec elle, je me suis rendue compte que c’était plutôt un art qui consistait à bien faire circuler les énergies. Mais surtout apporter le bien-être dans la maison avec les éléments existants et sans investissements énormes en sachant que nous sommes en 2014 et qu’on a tous un style de vie qui nous pousse à faire des choix.

Pour ma part, j’ai deux chats d’intérieur et donc 2 litières et je n’ai pas d’autres choix que d’en mettre une dans ma zone « amour » avec également un escalier qui descend dans cette zone, mais on a su faire basculer les énergies

Quand elle est venue à la maison et a commencé son « travail », j’ai été étonnée de l’énergie que ça demandait et du résultat. En utilisant au mieux les objets déjà présents, mon intérieur a totalement changé. J’ai enfin trouvé des utilités à des objets que j’aimais mais que j’avais du mal à mettre en valeur.

Au bout de 4 heures de changement et de déménagement, j’ai également un beau programme d’amélioration à réaliser. Mettre de la vie et des couleurs dans certaines pièces, en retirer dans d’autres. J’ai un mur aimanté dans mes toilettes avec des photos, la couleur est trop foncée, je vais donc peindre en couleur plus claire et surtout retirer les photos de mes amis qui y étaient, l’endroit n’est pas idéale pour y mettre les êtres chères.

J’ai aussi un tas d’objets et de décoration à  revendre à la brocante  car ils ont des représentations négatives et donc à bannir de mon intérieur. Je suis heureuse du résultat, je redécouvre certains meubles sous un autre angle et certaines pièces sont maintenant plus « adultes ». Je vous tiens au courant des changements que cela va apporter dans ma vie dans un prochain article.

En tout cas, je vous conseille vivement de rencontrer Annabel et de vivre l’expérience Feng Shui avec elle.

Infos complémentaires : https://www.facebook.com/FengShuiOccidental.AD/timeline

Site internet: http://www.fsocc.be/

Voici déjà quelques “Avant/Après”

Madame Théière à retrouvé Monsieur Dolce Gusto dans la zone “Amour” de la cuisine. Ils me plaisent bien ces deux-là;-)photo 2

Avant/Après de mon buffet dans le salon, j’adore la nouvelle déco, style loft New-Yorkais, je savais pas que je pouvais faire ça avec mes objets!photo 3photo

Avant/Après Hall d’entrée et donc d’accueil, tout de suite plus lumineux! et ce n’est qu’un début;-)

photo 1 photo 2 (2)

Le 14 février est la fête des amoureux, faux ! Pour la plupart des couples que je connais, la Saint Valentin n’est pas vraiment importante. C’est un événement pour vendre des fleurs, du chocolat, des sous-vêtements et faire tourner les restaurants. Bref, c’est du marketing qui fait tourner l’économie qui, je vous l’accorde, en a grandement besoin en ce moment !

Image

D’un point de vue purement romantique, « quand on s’aime, la Saint Valentin c’est tous les jours ! », je suis d’accord, même si c’est un peu faux-cul et une manière détournée de ne pas offrir de cadeau le 14 février, mais en même temps tellement vrai. Quand on aime quelqu’un, avons-nous besoin d’un jour précis pour lui prouver ?

Quand je travaillais dans le secteur de l’Horeca, une anecdote m’a fait rire. Un restaurateur m’avait raconté son calvaire quand la Saint Valentin tombait un jour de semaine : « C’est toujours la pire soirée de l’année, c’est Monsieur qui sort Madame mais ils n’ont rien à se dire, ils se sentent obligés parce que c’est la Saint Valentin. Du coup, ambiance de cimetière dans le restaurant. Mais, par contre le week-end avant, ce sont tous les couples officieux qui se pointent et le week-end d’après, les amoureux officiels qui veulent prendre le temps de fêter cet événement ».

J’ai ma propre définition de la Saint Valentin, « le quatorzième jour du mois de février qui consiste à faire une piqûre de rappel, constituée d’une bonne de dose de « vous-êtes-seuls » aux célibataires, au cas où ils auraient déjà oublié leur solitude au coup de minuit de la Saint Sylvestre ! ».

Non, non je ne suis pas réactionnaire, juste réaliste par rapport à un évènement inventé de toutes pièces par des commerciaux. Non, pas les vendeurs de fleurs et de chocolat ! (A noter, je n’ai pas peur de la pression, je dénonce !) Mais, les vendeurs d’alcool et d’antidépresseurs. Je suis même en train de me demander si ce n’est pas une invention du collège des psychologues et thérapeutes… Ce serait encore plus sournois.

Nous sommes manipulés car aucune pharmacie, ni aucun vendeurs de spiritueux n’affiche clairement sa position en placardant sur sa vitrine des cœurs rouges mais il t’attend patiemment, toi le/la célibataire qui n’a qu’une seule envie, que ce jour passe vite, très vite et surtout de tout oublier…

Image

Mon remède pour survivre à la Saint Valentin, s’entourer de copines « célibattantes », pas la copine qui déprime déjà toute l’année, non ça s’est pas le bon plan. Se réserver une (voir deux) bonne bouteille de vin, regarder Bridget Jones, si elle a pu choper Marc Darcy, nous aussi on va trouver l’élu !

Pour finir, dire à ce p***** de Prince Charmant, de se dépêcher de venir, de prendre la voiture (ou tout autre moyen de locomotion moderne) et d’oublier son cheval car on s’impatiente, nondidjù.

Ces derniers temps, j’ai un côté très nostalgique, j’adore écouter des vieux morceaux, notamment de mon adolescence, revoir des vieux films ou encore des séries…

Je me suis surprise à avoir le sourire quand une chanson des Backstreet Boys est passée à la radio et surtout à encore la connaître par cœur, ou  à regarder avec intérêt une énième rediffusion de la série Beverly Hills 90210… J’ai très envie de me refaire l’intégrale de la série “Hartley, cœurs à vifs” ou “Angela, 15 ans!” (bon, j’avoue que c’est surtout pour mater Jared Leto!) C’est grave, docteur?

Ma dernière déception, ne pas avoir de place pour le concert des Backstreet Boys à Anvers, si quelq’un connaît quelqu’un qui? Ou alors une bonne âme? Pensez à moi, merci!

Est-ce la trentaine qui donne cette nostalgie? Je ne suis pas en pleine dépression à me dire que ce temps-là, c’était mieux, non non, pas du tout, je vous rassure, je reste totalement équilibrée et positive! J’aime ma vie actuelle et les années 2000 😉

Mais c’est vrai que les Backstreet Boys, au moins, ils étaient viriles et avaient des abdos (sauf peut-être Nick), pas comme les One D qui ont encore une goutte de lait au coin de la bouche… Non je ne me moque pas, le produit marketing est aussi bien qu’à l’époque, le public est juste beaucoup plus jeune, ah si seulement j’avais 13 ans 😉

Bref, je m’égare! C’est quand la prochaine 90’s? J’ai un besoin urgent de danser sur “Barbie Girl”, Britney & Christina & de chanter la Tribu de Dana!

ImageImagebeverly_hills_90210_s2_cast_10Image